Le président russe, Dmitri Medvedev, s'est dit inquiet samedi du fait que l'OTAN se rapproche géographiquement de la Russie et a appelé l'Alliance atlantique à revenir aux principes définis en 2002, afin d'établir de meilleures relations avec Moscou.

AGENCE FRANCE-PRESSE

«Il se passe des choses qui ne peuvent que nous inquiéter», a déclaré M. Medvedev à des journalistes, dans une allusion indirecte aux activités de l'OTAN près de la Russie. Il s'exprimait à l'issue d'une rencontre dans sa résidence à Barvikha, dans la région de Moscou, avec le premier ministre italien, Silvio Berlusconi.

«Pour faire des progrès en matière de sécurité, nous ne devons pas seulement apporter de nouvelles idées mais nous devons mettre en application les idées émises il y a quelque temps», a-t-il ajouté.

Le président russe a précisé qu'il parlait spécifiquement des «principes décidés au sommet de Pratica di Mare concernant les relations mutuelles entre la Russie et l'OTAN».

Pratica di Mare est une base aérienne maritime près de Rome, où l'ancien président russe, Vladimir Poutine, et les leaders de l'OTAN avaient signé lors d'un sommet un accord conférant à la Russie davantage d'autorité au sein du Conseil OTAN-Russie.

Conclu après les attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis, cet accord contient de «bons principes auxquels nous devrions revenir en vue de continuer à promouvoir le dialogue entre la Russie et l'Italie, le dialogue entre la Russie et les États de l'OTAN», a souligné M. Medvedev, au côté de M. Berlusconi.

Ce dernier, qui a rencontré vendredi M. Poutine sur les bords de la mer Noire à Sotchi, a abondé dans le sens du président russe.

«Concernant les relations avec l'OTAN, nous espérons revenir à ces fondements que nous associons à 'l'esprit de Pratica di Mare'«, a déclaré M. Berlusconi, dont les propos étaient traduits en russe par un interprète.

La Russie a sévèrement critiqué l'OTAN pour avoir organisé ce mois-ci des manoeuvres militaires dans l'ex-république soviétique de Géorgie, affirmant que ces exercices effectués moins d'un an après la courte guerre entre la Russie et la Géorgie étaient très déstabilisants.