Source ID:; App Source:

Le crime organisé veut profiter du séisme des Abruzzes

Les ruines des Abruzzes créent déjà la controverse.... (Photo Mario Laporta AFP)

Agrandir

Les ruines des Abruzzes créent déjà la controverse.

Photo Mario Laporta AFP

Dossiers >

Séisme meurtrier en Italie

International

Séisme meurtrier en Italie

Le centre de l'Italie touché par un violent tremblement de terre. »

Associated Press
Rome

Avant même que les débris du tremblement de terre dévastateur des Abruzzes ne soient nettoyés, les Italiens craignent que le crime organisé soit le premier bénéficiaire des contrats de plusieurs milliards d'euros de la reconstruction des écoles, des hôpitaux ou des tribunaux.

Les clans mafieux ont des liens avec les sociétés cimentières, les entreprises qui évacuent les débris, et d'autres entreprises qui pourraient s'infiltrer dans le processus si les autorités ne sont pas vigilantes, avertit Franco Roberti, chef de l'équipe de magistrats chargée d'enquêter sur les activités de la Camorra à Naples.

«Nous avons découvert les implications de la Camorra dans la reconstruction en enquêtant sur les suites du tremblement de terre de 1980 près de Naples, prévient le magistrat.

L'Aquila, cette petite ville des Abruzzes secouée par un séisme de magnitude 6,3 le 6 avril, est à 240 km du grand port du Sud, près d'une région où les familles du crime sont chez elles.

Les enquêteurs constatent que les criminels font fi de plus en plus des territoires définis, et cherchent de nouveaux débouchés dans le centre et le nord du pays pour recycler les millions du trafic de drogue, de l'extorsion et d'autres rackets.

«Restons attentifs contre les mafias sur les chantiers» écrivait le quotidien catholique L'Avvenire dimanche, inquiet que les criminels ne profitent de quelque 12 milliards d'euros dédiés à la reconstruction que le gouvernement pourrait débloquer, selon les estimations.

«Cosa Nostra, «ndrangheta et la Camorra sont déjà arrivées dans les Abruzzes et auront certainement un oeil sur la reconstruction» souligne Giuseppe Pisanu, ancien ministre de l'Intérieur, aujourd'hui à la tête de la commission parlementaire contre les mafias.

Le clan Casalesi, une branche de la Camorra active près de Caserta, est considéré comme le mieux placé pour bénéficier de la manne publique de la reconstruction. La Camorra a «le matériel, les machines et les hommes» prévient encore Raffaele Cantone, un ancien procureur anti-mafia de Naples, maintenant en poste à Rome.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer