(Washington) Le président Joe Biden va organiser en septembre une conférence visant à combattre l’extrémisme politique et la violence raciste aux États-Unis, a annoncé vendredi la Maison-Blanche, à moins de trois mois d’élections législatives qui s’annoncent difficiles pour les démocrates.

Publié le 19 août
Agence France-Presse

La présidence américaine doit organiser le 15 septembre le sommet « United We Stand » (« Faisons front ensemble ») afin de « riposter aux effets corrosifs de la violence provoquée par la haine sur notre démocratie et la sécurité publique », a détaillé dans un communiqué Karine Jean-Pierre, la porte-parole de la Maison-Blanche.

L’exécutif américain, en plus de mettre en avant son action, compte profiter de cette occasion pour « exposer une vision commune des États-Unis plus unie », a-t-elle ajouté.

Face aux récents massacres par arme à feu qui ont visé des populations noires, hispaniques ou asiatiques, « les Américains demeurent en très grande partie unis dans leur opposition à une telle violence », estime Mme Jean-Pierre.

Joe Biden a fait de la défense de la démocratie un de ses thèmes majeurs depuis qu’il est arrivé à la tête du pays, et la Maison-Blanche rappelle qu’il avait pris sa décision de se présenter en 2017, quand son prédécesseur Donald Trump avait refusé de condamner un rassemblement violent de l’ultradroite à Charlottesville, en Virginie.

Le président américain doit prononcer le principal discours lors de ce sommet qui doit accueillir aussi des représentants des forces de l’ordre, du monde de l’entreprise et de la société civile. Républicains et démocrates seront invités, a ajouté la Maison-Blanche.

La conférence doit avoir lieu moins de deux mois avant les élections législatives de mi-mandat, prévues le 8 novembre, lors desquelles les républicains pourraient ravir aux démocrates la majorité au Congrès.