Un jeune homme de 18 ans a tiré mardi sur des dizaines d’enfants dans une école primaire d’Uvalde, au Texas, commettant ainsi une des fusillades scolaires les plus meurtrières de l’histoire des États-Unis.

Mis à jour le 25 mai
Alice Girard-Bossé
Alice Girard-Bossé La Presse

Mardi, 11 h 32. Les 500 élèves de l’école primaire Robb assistaient à leur dernière semaine de cours avant les vacances d’été lorsqu’un homme de 18 ans a ouvert le feu dans plusieurs classes de l’établissement, avant d’être abattu.

Au total, 21 personnes, dont 19 enfants et une enseignante, ont perdu la vie. Une dizaine d’enfants et deux agents de police ont également été blessés. Le tireur aurait précédemment fait feu sur sa grand-mère, selon les autorités.

Il s’agit de la fusillade la plus meurtrière dans une école primaire américaine depuis qu’un tireur a tué 20 enfants et 6 adultes à l’école primaire Sandy Hook à Newtown, au Connecticut, il y a près de 10 ans.

À la suite du drame, un agent de la patrouille frontalière qui se trouvait à proximité de l’établissement se serait précipité dans l’école sans attendre les renforts et aurait tiré sur l’agresseur, selon une source policière s’exprimant sous le couvert de l’anonymat. L’agent aurait été blessé, mais aurait été en mesure de sortir de l’école à pied.

Les petites victimes ont été transportées d’urgence à l’hôpital Uvalde Memorial par ambulance ou par autobus. Au moins 13 enfants y ont été emmenés, tandis qu’une femme de 66 ans et un enfant de 10 ans se trouvaient dans un état critique dans un autre hôpital.

PHOTO MARCO BELLO, REUTERS

Une employée de l’école primaire Robb parle à un parent à travers la fenêtre d’un autobus scolaire.

Des vidéos partagées sur les réseaux sociaux montraient des enfants évacués en urgence, se donnant la main ou courant par petits groupes vers des bus scolaires jaunes. Un imposant déploiement policier et des agents du FBI pouvaient être vus autour de l’établissement scolaire, qui accueille des enfants âgés de moins de 10 ans, de la 2e à la 4année.

Un président endeuillé

« Perdre un enfant, c’est comme se faire arracher un morceau de son âme. Il y a un creux dans ta poitrine. Vous avez l’impression d’être aspiré à l’intérieur et de ne plus jamais pouvoir en sortir », a confié mardi soir le président américain Joe Biden, avec la douleur d’un père par deux fois endeuillé.

Peu après son retour d’un voyage de cinq jours en Asie, mardi, le président a lancé un appel émouvant en faveur de nouvelles restrictions sur les armes à feu. « Quand, au nom de Dieu, allons-nous nous opposer au lobby des armes à feu ? »

Deux jours seulement avant son départ, M. Biden a rencontré les familles des victimes après qu’un tireur motivé par la haine a tué une dizaine de personnes dans une épicerie de Buffalo, dans l’État de New York. Ces deux tragédies consécutives ont rappelé la fréquence et la brutalité de l’épidémie américaine de violence armée de masse.

« Ces types de fusillades de masse se produisent rarement ailleurs dans le monde », a déclaré M. Biden. « Pourquoi ? » Il a ordonné que les drapeaux américains soient mis en berne jusqu’au coucher du soleil samedi en hommage aux victimes du Texas.

« Nous devons avoir le courage d’agir… pour faire en sorte qu’une telle chose ne se reproduise jamais », a déclaré de son côté la vice-présidente Kamala Harris.

Une communauté brisée

La fusillade a secoué la municipalité d’Uvalde, une petite de ville de 15 000 habitants située à une centaine de kilomètres de la frontière mexicaine. « C’est dévastateur, car je connais les personnes directement touchées », a confié à La Presse Emma Albarado, une thérapeute spécialisée dans la dyslexie, à l’école primaire Robb, à Uvalde. La femme n’était pas sur le campus pendant la fusillade. « Mais j’ai pu aider à réunir les étudiants avec leurs parents », dit-elle.

Sur les réseaux sociaux, l’angoisse se faisait sentir. Plusieurs heures après le drame, des familles étaient toujours sans nouvelles de leurs enfants et tentaient désespérément de les retrouver en diffusant leur photo sur le web.

« Mon cœur est brisé aujourd’hui », a déclaré Hal Harrell, directeur du district scolaire, annonçant que l’école primaire Robb serait fermée et que toutes les activités scolaires seraient annulées jusqu’à nouvel ordre. M. Harrell a également déclaré que des conseillers en deuil seraient disponibles à partir de mercredi matin.

Nous sommes une petite communauté et nous allons avoir besoin de vos prières pour traverser cette épreuve.

Hal Harrell, directeur du district scolaire d’Uvalde

« Il n’y a qu’en Amérique que les parents ne sont pas assurés que leurs enfants seront en sécurité à l’école », s’est indignée la présidente de la Fédération américaine des enseignantes et des enseignants, Randi Weingarten, qualifiant la violence par arme à feu de « cancer ». « Aucun d’entre nous ne devrait le tolérer un seul instant de plus », a-t-elle ajouté.

Le tireur identifié

Lors du massacre, le tireur aurait utilisé une arme de poing et possiblement un fusil, a déclaré le gouverneur républicain du Texas, Greg Abbott, lors d’une conférence de presse, qualifiant l’attaque « d’atroce et d’insensée ».

PHOTO JOEL MARTINEZ, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Greg Abbott, gouverneur républicain du Texas

Le tueur aurait acheté ses deux fusils de style militaire pour son anniversaire, a déclaré le sénateur du Texas Roland Gutierrez. « C’est la première chose qu’il a faite le jour de son 18anniversaire », a-t-il précisé.

Le tireur, un jeune homme de 18 ans identifié comme Salvador Ramos, était un résidant de la communauté. Sur ce qui semblait être son compte Instagram, supprimé après la tuerie, on pouvait y voir deux autoportraits en noir et blanc et la photo d’un chargeur de fusil. Sur un autre cliché, on voyait également deux fusils semi-automatiques.

Il s’agit de la fusillade scolaire la plus meurtrière de l’histoire du Texas, quatre ans après qu’un homme armé a abattu 10 personnes à l’école secondaire Santa Fe, dans la région de Houston.

Avec l’Agence France-Presse et l’Associated Press