(New York) Plus de 107 000 Américains sont morts l’an dernier à la suite d’une surdose, ce qui représente un nouveau record et une preuve supplémentaire de la présence d’une crise des opioïdes au pays, ont affirmé mercredi les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies infectieuses (CDC).

Publié le 11 mai
Mike Stobbe Associated Press

Les chiffres provisoires pour 2021 démontrent qu’un Américain perd la vie à la suite d’une surdose chaque cinq minutes. Il s’agit d’une hausse de 15 % par rapport au bilan de 2020, qui représentait lui-même un record. Les CDC examinent les certificats de décès et procèdent ensuite à une estimation pour tenir compte des déclarations tardives et incomplètes.

La directrice de l’Institut national sur l’abus de substances, Nora Volkow, a qualifié le plus récent bilan de « vraiment stupéfiant ».

Par voie de communiqué, la Maison-Blanche a affirmé que cette hausse des décès par surdose est « inacceptable » et a rappelé que l’administration Biden avait récemment présenté son plan national pour le contrôle des drogues. Le programme prévoit de rendre les traitements plus accessibles, de contrer la vente illégale de drogues et d’offrir à plus de gens les médicaments qui peuvent renverser les effets d’une surdose.

Le nombre de surdoses mortelles aux États-Unis a augmenté presque chaque année depuis plus de 20 ans. La hausse s’est amorcée dans les années 1990 avec des surdoses aux antidouleurs, tandis que les vagues plus récentes impliquaient des décès liés à la consommation d’opioïdes comme l’héroïne et – plus récemment – le fentanyl.

L’an dernier, il y a eu plus de 71 000 surdoses liées au fentanyl et à d’autres opioïdes synthétiques, ce qui représente une augmentation de 23 % par rapport à 2020. Il y a aussi eu une hausse de 23 % des décès causés par la consommation de cocaïne et de 34 % pour ce qui est d’autres stimulants.

De nombreuses surdoses mortelles sont attribuées à plus d’une drogue, puisque les victimes ont souvent consommé plusieurs substances. De plus, du fentanyl bon marché est de plus en plus souvent « coupé » avec d’autres drogues, à l’insu des acheteurs, selon les autorités.

« Cela fait en sorte que nous avons beaucoup plus de personnes, y compris celles qui consomment des drogues occasionnellement et même les adolescents, qui sont exposées à ces substances puissantes qui peuvent provoquer une surdose même si elles sont consommées en petite quantité », a expliqué Mme Volkow dans un communiqué.

Selon les experts, la pandémie de COVID-19 a exacerbé la crise des opioïdes, puisque les fermetures et les autres mesures de confinement ont isolé les toxicomanes et rendu les traitements sécuritaires plus difficiles à obtenir.

Les tendances en matière de décès par surdose sont géographiquement inégales entre les différents États. L’Alaska a connu une augmentation de 75 % en 2021, soit le plus grand bond de tous les États. À Hawaii, les décès par surdose ont diminué de 2 %.