(Washington) Les démocrates au Congrès ont une fois de plus franchi un obstacle important dans leur lutte pour décriminaliser le cannabis au niveau fédéral aux États-Unis.

Publié le 1er avril
James McCarten La Presse Canadienne

Par une marge de 220 contre 204, la Chambre des représentants a adopté la Marijuana Opportunity Reinvestment and Expungement Act, qui retirerait effectivement le cannabis de la liste américaine des substances contrôlées.

Deux démocrates ont rompu les rangs en votant contre la législation, tandis qu’une paire de républicains ont défié la ligne de leur propre parti et ont voté pour la soutenir.

C’est la deuxième fois que la Chambre adopte le projet de loi, connu sous le nom de loi MORE, qui se dirige maintenant vers le Sénat, où il fait face à un avenir décidément moins certain parmi les démocrates et les républicains également divisés.

Il devra également faire face à de la concurrence : le chef de la majorité au Sénat, Chuck Schumer, le démocrate le plus puissant de la chambre haute, devrait présenter un projet de loi similaire vers le 20 avril, une sorte de jour férié sur le calendrier du cannabis.

« Pendant trop longtemps, nous avons traité la marijuana comme un problème de justice pénale plutôt que comme une question de choix personnel et de santé publique », a déclaré le représentant Jerry Nadler, président du comité de la justice de la Chambre, qui a parrainé le projet de loi.

« Quelle que soit l’opinion de chacun sur l’utilisation de la marijuana à des fins récréatives ou médicales, la politique d’arrestation, de poursuites et d’incarcération au niveau fédéral s’est avérée à la fois imprudente et injuste », a-t-il fait valoir.

Des républicains à la Chambre ont critiqué la mesure comme un exemple flagrant de priorités démocrates mal placées, évoquant en rafale les prix de l’essence, la guerre en Ukraine et la « crise » à la frontière américano-mexicaine comme des exemples de problèmes plus importants que la légalisation de la marijuana.

« Vous savez pourquoi ils s’occupent de ça aujourd’hui ? Parce qu’ils ne peuvent pas faire face aux vrais problèmes auxquels est confronté le peuple américain, a pesté le représentant de l’Ohio Jim Jordan. C’est mal et tout le monde le sait […] Concentrons-nous sur les choses qui comptent. »

Mais le chef de la majorité à la Chambre Steny Hoyer, dont la carrière de 40 ans à représenter le Maryland à Washington a commencé juste au moment où Ronald Reagan ressuscitait la guerre contre la drogue de Richard Nixon, n’était pas du tout d’accord.

« Quand j’entends cet argument, “ Oh, nous devrions faire ceci, nous devrions faire cela ” — c’est en fait une législation importante et juste pour le peuple américain, a-t-il déclaré. J’étais un partisan de la guerre contre la drogue. Je suis ici depuis longtemps. […] Ce n’est pas une drogue d’introduction. J’en ai été convaincu. »

Débat suivi de près au Canada

Le débat et le vote de vendredi ont été suivis de près par les acteurs de l’industrie au Canada, où le cannabis est légal depuis 2018 et où les producteurs et les détaillants sont prêts à avoir la chance de s’étendre aux États-Unis et de défendre leur part de marché de l’autre côté de la frontière.

La plupart conviennent que même si la légalisation au sud de la frontière n’est peut-être pas imminente, c’est probablement plus une question de savoir à quel moment elle va survenir.

« Je pense effectivement que cela va arriver », a déclaré Omar Khan, vice-président des affaires publiques et corporatives de High Tide, un détaillant de cannabis établi à Calgary avec des opérations au Canada, aux États-Unis et en Europe.

« Nous adoptons une approche prudemment optimiste. Je pense que nous sommes conscients qu’obtenir une dépénalisation ou une légalisation complète par le biais du Sénat en ce moment n’est pas une chose sûre. Disons-le simplement de cette façon. »

Même si le président Joe Biden a été catégorique lors de la campagne électorale de 2020 sur la nécessité de réformer les lois sur la marijuana, le silence de la Maison-Blanche depuis son entrée en fonction a été assourdissant, a déclaré David Culver, vice-président des relations gouvernementales mondiales pour Canopy Growth, établie à Smiths Falls, en Ontario.

Interrogée vendredi sur la position de la Maison-Blanche, l’attachée de presse Jen Psaki a reconnu que le président soutenait l’adoption d’une nouvelle approche de la drogue, mais ne donnerait pas de détails sur les mesures qu’il aimerait voir.

« Nos lois actuelles sur la marijuana ne fonctionnent pas (et) il convient que nous devons repenser notre approche », a déclaré Mme Psaki.

« Nous sommes impatients de travailler avec le Congrès pour atteindre nos objectifs communs, et nous continuerons à discuter avec eux de cet objectif. »

La présidente de la Chambre, Nancy Pelosi, a déclaré en soutenant le projet de loi que les démocrates reconnaissent simplement les réalités de près d’un demi-siècle de politiques fédérales en matière de drogue qui ont échoué.