(Washington) Plus de 90 % des fonctionnaires fédéraux américains avaient reçu lundi au moins une dose de vaccin contre la COVID-19, conformément à l’obligation désormais en place, a fait savoir la Maison-Blanche au moment de l’expiration de la date butoir.

Agence France-Presse

« 95 % des 3,5 millions d’employés fédéraux sont en conformité, et 90 % sont déjà vaccinés » avec au moins une dose, a déclaré lors d’une conférence de presse Jeff Zients, le coordinateur de la lutte contre la pandémie à la Maison-Blanche.

La porte-parole de la Maison-Blanche, Jen Psaki, a précisé que la différence de 5 % correspondait aux personnes ayant fait une demande d’exemption (approuvée ou en cours d’examen).

Le président Joe Biden avait signé le 9 septembre un décret obligeant les fonctionnaires à se faire vacciner, sans possibilité d’échapper à la seringue en se faisant tester régulièrement.

La Maison-Blanche avait donné jusqu’au 22 novembre aux salariés de l’État fédéral pour se plier à cette nouvelle obligation sanitaire.

Le personnel du FBI l’a respectée à 99 %, a détaillé Jeff Zients, et celui du fisc américain (IRS) à 98 %, avec « près de 25 % des employés de l’IRS s’étant fait vacciner après l’annonce du président », s’est-il félicité.  

Pour ceux ne s’étant pas encore mis en règle, « un processus de pédagogie et de conseil » va commencer, a fait savoir la Maison-Blanche.  

« Le but est de protéger les travailleurs, pas de les punir », a déclaré Jeff Zients.

L’administration Biden a aussi mis en place une obligation de vaccination contre la COVID-19 dans les entreprises privées de plus de 100 salariés, mais cette décision a été suspendue par la justice.