(Washington) Quatre astronautes pourraient quitter la Station spatiale internationale dès dimanche, a annoncé jeudi la NASA, mais le calendrier reste très incertain notamment à cause des conditions météo.

Agence France-Presse

Les quatre astronautes de la mission baptisée Crew-2 doivent rentrer sur Terre ce mois-ci après un séjour d’environ six mois dans l’ISS.  

Ils devaient normalement attendre que quatre autres astronautes, les trois Américains et l’Allemand de Crew-3 arrivent à bord de la Station.

Mais le décollage de leur fusée, plusieurs fois repoussé et qui avait été reprogrammé pour ce week-end, a encore été annulé « à cause de conditions météo défavorables », a déclaré la NASA dans un communiqué.

Conséquence : l’agence spatiale envisage maintenant le retour de Crew-2 « avant le lancement » de Crew-3.

« La première opportunité possible » pour le désarrimage de la capsule qui ramènera Crew-2 vers la Terre est à 13 h 05 dimanche.  

Une opportunité de repli est possible lundi, a précisé la NASA, sans donner d’horaire précis.

Une fois détachée de l’ISS, la capsule entamera un voyage de plusieurs heures dont la durée peut grandement varier en fonction de la trajectoire, puis elle amerrira au large de la Floride.

En ce qui concerne le décollage de Crew-3, l’opportunité de lancement la plus proche est à 21 h 51, mais seulement si la NASA ne procède pas au retour de Crew-2 dimanche ou lundi.  

Crew-3 doit décoller à bord d’une fusée Falcon 9 de SpaceX depuis le centre spatial Kennedy en Floride, où les astronautes sont en quarantaine depuis des jours.

« Les équipes rendront leur décision finale sur la priorité à donner au lancement de Crew-3 ou au retour de Crew-2 dans les jours à venir, en se fondant sur la probabilité de conditions favorables » pour l’un ou l’autre, a expliqué la NASA.  

Ces deux missions sont menées par la NASA en collaboration avec SpaceX qui assure désormais des missions régulières vers l’ISS depuis le sol américain.

« Il s’agit de décisions complexes qui changent au jour le jour », a déclaré Steve Stich, responsable du programme commercial de la NASA, cité dans le communiqué. « La météo en novembre peut être particulièrement difficile ».  

Lors d’un échange avec le président Emmanuel Macron jeudi matin, l'astronaute français Thomas Pesquet avait évoqué l’incertitude autour de son retour.

« Les derniers jours sont un peu particuliers », avait-il confié. « On a encore du travail, mais toute notre liste de choses à faire, on l’a finie, on est prêts au retour. »

« Quelque part, c’est presque une bénédiction », avait-il ajouté. « Ces quelques jours, pour moi, j’essaie d’en profiter au maximum, c’est un peu comme un sas avant de revenir sur Terre. »