(Washington) Un haut diplomate américain a émis un nouvel appel lundi à des discussions avec la Corée du Nord, soutenant que les États-Unis n’avaient aucune intention hostile envers Pyongyang après un regain des tensions.

Agence France-Presse

Sung Kim, représentant spécial des États-Unis pour la Corée du Nord, a rencontré à Washington son homologue sud-coréen Noh Kyu-duk, en amont d’une rencontre trilatérale mardi avec le haut diplomate japonais Takehiro Funakoshi.

« Nous poursuivrons la voie diplomatique avec la Corée du Nord afin d’effectuer des progrès tangibles qui amélioreront la sécurité des États-Unis et de nos alliés », a déclaré Sung Kim.

« Nous n’avons aucune intention hostile envers la Corée du Nord et nous espérons les rencontrer sans condition », a-t-il déclaré à la presse.

Le diplomate a cependant ajouté que les alliés avaient la « responsabilité de mettre en œuvre les résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU », faisant référence aux sanctions que Pyongyang tente de faire lever.

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a dénoncé la semaine dernière le rôle des États-Unis dans ces sanctions, rejetant les affirmations d’absence d’hostilité de la part de Washington.

La Corée du Nord a effectué dernièrement plusieurs tests militaires avec le lancement d’un missile à longue portée ainsi que d’une arme tirée depuis un train, et de ce qui, selon Pyongyang, était un missile hypersonique.

Kim Jong-un avait rencontré à trois reprises le président Donald Trump qui se vantait d’avoir prévenu un conflit, mais qui avait échoué à parvenir à un accord global pour mettre fin au programme nucléaire nord-coréen.

Joe Biden a promis de continuer à poursuivre la voie diplomatique, mais en adoptant une approche plus discrète que son prédécesseur.