(Washington) Après des mois de controverse, un nouveau comptage à la main des résultats de la présidentielle américaine de 2020 a confirmé que Donald Trump avait perdu face à Joe Biden dans un grand comté de l’État clé de l’Arizona, selon l’audit présenté vendredi.

Agence France-Presse

La marge gagnante du démocrate est même un peu plus grande que celle révélée après le scrutin, remporté par Joe Biden avec quelque 45 500 voix d’avance dans le comté de Maricopa, selon cette étude financée par des républicains et menées par une firme novice sur le terrain électoral, Cyber Ninjas.

Publiées après deux précédents audits qui n’avaient pas détecté non plus d’erreur majeure dans les résultats, ces données n’ont pas empêché Donald Trump de continuer à marteler que l’élection lui a été « volée ». Une accusation qui avait alimenté la colère des assaillants du Capitole le 6 janvier.  

Mais elles confirment ce qui était déjà évident : les résultats de l’élection de 2020 ne seront pas renversés.

Le milliardaire républicain, qui laisse planer l’idée d’une nouvelle candidature en 2024, a balayé vendredi ces conclusions chiffrées.  

Il a préféré mettre en avant des allégations de fraudes présentées dans le même rapport d’audit et détaillées lors de sa présentation vendredi après-midi par ses commanditaires, des républicains du Sénat de l’Arizona.  

Ces accusations ont été balayées une à une, en direct vendredi sur Twitter, par les autorités du comté de Maricopa.  

« Cet audit est une grande victoire pour la démocratie et une grande victoire pour nous. Cela montre à quel point l’élection était corrompue », a écrit Donald Trump dans un communiqué.

Ces conclusions « devraient marquer la fin de cette histoire, tout le reste n’est qu’agitation », a au contraire réagi le responsable républicain de l’organisation des élections dans le comté de Maricopa, Jack Sellers.

« Ceci veut dire que […] les résultats reflètent la volonté des électeurs », a-t-il martelé.

Joe Biden avait remporté la présidentielle avec plus de sept millions de voix d’avance sur Donald Trump.