(Los Angeles) Les arbres emblématiques du parc national de Sequoia étaient toujours menacés lundi par les flammes malgré les efforts des quelque 1700 pompiers déployés pour tenter de stopper l’avancée de plusieurs incendies dans le centre de la Californie.

Agence France-Presse

Le parc national abrite environ 2000 séquoias géants, qui ne poussent que dans cette région du monde et sont considérés comme les arbres les plus volumineux existant actuellement.  

Selon les pompiers, un incendie de forêt baptisé « Windy Fire », déclenché le 9 septembre par la foudre et ayant déjà parcouru 10 000 hectares, a réussi à pénétrer dans deux bosquets de séquoias géants.

« Nous ne savons pas s’ils ont été détruits, mais le feu a complètement encerclé ces deux bosquets », a déclaré au quotidien Los Angeles Times une porte-parole des pompiers, Amanda Munsey.

Dans un bois voisin, les flammes ont réussi à gagner la cime d’au moins un séquoia géant malgré les efforts des secours pour le stopper, a-t-elle expliqué.

Plus au nord, l’incendie baptisé « KNP » restait menaçant pour la « Forêt Géante » du parc de Sequoia, qui abrite cinq des arbres les plus imposants au monde, mais restait lundi à sa périphérie.

Les pompiers ont procédé ces derniers jours à des travaux de débroussaillage et autres aménagements pour préserver ces colosses, pour certains vieux de 2000 à 3000 ans. Ils ont même drapé d’une couverture de protection ignifugée la base du plus emblématique d’entre eux, baptisé « General Sherman ». Haut de 83 mètres et d’un diamètre de 11 mètres à sa base, il est considéré par les experts comme l’arbre le plus volumineux du monde.

PHOTO NATIONAL PARK SERVICE VIA AFP

Les incendies de faible intensité ne sont en général pas suffisants pour nuire aux séquoias géants, « naturellement adaptés » à ces sinistres avec leur écorce très épaisse et des premières branches pouvant pousser à trente mètres de haut, hors d’atteinte des flammes.

Au contraire, ces séquoias ont besoin des incendies pour se reproduire : la chaleur des flammes fait éclater les cônes tombés au sol comme du pop-corn pour en libérer des centaines de graines.

Ces géants qui ne poussent qu’en Californie, ne sont en revanche pas adaptés aux feux plus intenses qui ont eu tendance à se déclarer ces dernières années à la faveur du changement climatique.

Des milliers de km² de forêts ont déjà brûlé cette année en Californie. Le nombre et l’intensité des feux se sont multipliés ces dernières années dans tout l’ouest des États-Unis, avec un très net allongement de la saison des incendies.