(Washington) Trois anciens agents du renseignement américain ont admis avoir participé à une opération de piratage informatique pour le compte des Émirats arabes unis, ciblant des ennemis et rivaux de cet État du Golfe, a annoncé mardi le département américain de la Justice.  

Agence France-Presse

Marc Baier, 49 ans, Ryan Adams, 34 ans et Daniel Gericke, 40 ans, ont accepté de payer des pénalités financières pour un montant cumulé de 1,7 million de dollars, soit la somme d’argent qu’ils avaient gagnée en travaillant pour les Émirats, pour suspendre les poursuites judiciaires à leur encontre pour violation des lois d’exportation américaines, fraude informatique et accès frauduleux à des ordinateurs.  

Un tribunal fédéral de Virginie a accepté de différer les poursuites pendant trois ans dans cette affaire complexe, qui met en lumière le marché mondial du piratage informatique où des gouvernements recrutent des experts en sécurité informatique étrangers pour espionner leurs ennemis.

Les trois hommes avaient travaillé dans le renseignement américain, notamment la NSA, agence de renseignement militaire américaine, avant de participer de 2016 à 2019 à des cyberattaques menées par une entreprise émiratie liée au gouvernement des Émirats sur diverses cibles, notamment des serveurs informatiques aux États-Unis, selon la justice américaine.   

L’une de ces opérations de piratage leur a donné accès à « des dizaines de millions » de téléphones intelligents, selon la même source.  

Au-delà des sanctions financières, les accusés ont été bannis du renseignement américain et ont l’interdiction de pratiquer à nouveau des activités de piratage.