(Washington) Le président américain Joe Biden a dénoncé vendredi le caractère « pernicieux » d’une nouvelle loi très restrictive sur l’avortement au Texas, qui encourage à signaler, contre récompense, les organisations ou les personnes qui aideraient les femmes à avorter.

Agence France-Presse

« La chose la plus pernicieuse dans cette loi au Texas est que cela crée une sorte de système de justiciers autoproclamés, avec des gens qui perçoivent des récompenses », a-t-il dit à la presse à la Maison-Blanche, après un discours sur les chiffres de l’emploi.

« Cela semble ridicule, presque anti-Américain », a-t-il ajouté.

Le président a ajouté qu’il avait demandé à son administration d’examiner les moyens légaux de contrer ce système.

La nouvelle loi du Texas interdit d’avorter dès que les battements de cœur de l’embryon sont détectés, soit à environ six semaines de grossesse, quand la plupart des femmes ignorent être enceintes.  Une seule exemption est prévue : en cas d’urgence médicale.

La tentative n’est pas inédite. Douze États américains ont adopté des lois similaires mais toutes ont été invalidées en justice, alors que, dans le cas du Texas, la Cour suprême fédérale a refusé de bloquer la loi.

La législation du vaste État du Sud se distingue aussi parce qu’il ne revient pas aux autorités de faire respecter la mesure, mais aux citoyens, encouragés à porter plainte au civil contre les organisations ou les personnes qui aideraient les femmes à avorter.

Le texte prévoit que ces plaignants perçoivent au moins 10 000 dollars de « dédommagement » en cas de condamnation, une « prime à la délation », selon les critiques.