(Dallas) Plus de 150 employés de l’Hôpital méthodiste de Houston qui ont refusé de se faire vacciner contre la COVID-19 ont été licenciés ou ont démissionné à la suite de la décision d’une juge.

Jamie Stengle Associated Press

Un porte-parole de l’Hôpital méthodiste de Houston a déclaré que 153 employés avaient démissionné au cours d’une période de deux semaines ou avaient été licenciés.

Plus tôt ce mois-ci, une juge fédérale a rejeté la poursuite intentée par 117 employés qui contestaient l’exigence de la vaccination.

Cette histoire est suivie de près, car elle met en lumière les mesures que peuvent prendre les établissements de santé pour protéger les patients et les employés contre le coronavirus.

Dans sa décision du 12 juin, la juge Lynn Hughes a estimé que l’affirmation de la plaignante principale Jennifer Bridges selon laquelle les vaccins sont « expérimentaux et dangereux » était fausse et non pertinente.

Elle a également constaté que Jennifer Bridges comparait l’exigence de vaccination à l’expérimentation médicale forcée des nazis sur les captifs des camps de concentration pendant l’Holocauste, une affirmation « répréhensible », selon la juge.

La juge Bridges a déclaré que si les employés du système hospitalier n’aimaient pas cette exigence, ils pouvaient aller travailler ailleurs.

Les employés de l’hôpital qui ont déposé la plainte ont déjà fait appel du verdict devant la 5e Cour d’appel de circuit des États-Unis. L’hôpital avait exigé que les employés soient entièrement vaccinés avant le 7 juin.

Après ce délai, 178 employés ont été suspendus sans solde pendant deux semaines pour ne pas s’être conformés aux règles.