(Washington) La cheffe des démocrates à la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, s’est indignée jeudi de l’« égoïsme » de certains parlementaires américains qui n’ont pas été vaccinés contre la COVID-19, ou refusent de dire s’ils l’ont été, tout en justifiant le maintien du port obligatoire du masque dans l’hémicycle.

Agence France-Presse

La pandémie a accentué les divisions entre certains républicains et démocrates aux États-Unis, le port du masque étant devenu parfois un marqueur politique.

La campagne de vaccination va bon train aux États-Unis, où près de 48 % de la population, soit presque 160 millions de personnes, ont déjà reçu au moins une dose de l’un des trois vaccins autorisés dans le pays. Et les autorités sanitaires américaines ont levé la semaine dernière leur recommandation du port du masque pour les personnes vaccinées contre la COVID-19.

Une annonce surprise qui a provoqué une certaine confusion dans les bureaux, dans les écoles ou… au Congrès, où personne n’est obligé de communiquer officiellement s’il a été vacciné.

Dans les couloirs, les élus, leurs équipes et les journalistes peuvent désormais enlever leur masque. Mais pas dans l’hémicycle.

Le chef de la minorité républicaine à la Chambre, Kevin McCarthy, a présenté cette semaine une résolution pour autoriser les parlementaires à retirer leur masque dans l’hémicycle, mais les démocrates, majoritaires, l’ont rejetée.

Un républicain, Brian Mast, a affirmé mardi avoir reçu une amende de 500 $ parce qu’il refusait de porter son masque.

Interrogée au sujet de ces disputes, Nancy Pelosi a souligné jeudi que les médecins responsables du Capitole, siège du Congrès, recommandaient le port du masque lors des réunions jusqu’à ce que tout le monde soit vacciné.

« Il est malheureux qu’un grand nombre de gens au Congrès aient refusé d’être vaccinés, ou je ne sais pas s’ils ont refusé ou ont été vaccinés, mais ils ne veulent pas le dire », a déclaré la démocrate en conférence de presse.

Un sondage récent de CNN montrait que 100 % des démocrates du Congrès avaient été vaccinés, contre seulement 45 % des élus républicains interrogés par la chaîne.

« Nous devons attendre qu’ils soient vaccinés, parce qu’ils mettent égoïstement les autres en danger, y compris le personnel ici », a poursuivi Nancy Pelosi. « Nous avons la responsabilité de nous assurer que la Chambre des représentants ne soit pas un nid à virus à cause de l’égoïsme de certains qui ne veulent pas être vaccinés. »