(San Diego) L’administration Biden a déclaré vendredi qu’elle commençait à effectuer les travaux nécessaires pour prévenir les risques d’inondations et d’érosion des sols provoqués par les sections inachevées du mur à la frontière américaine avec le Mexique et qu’elle annulerait les contrats de construction du mur financés par l’armée alors qu’elle met un terme à l’un des projets emblématiques du président Donald Trump.

Publié le 30 avr. 2021
Elliot Spagat Associated Press

La construction du mur sous l’administration Trump a « créé de grands trous » dans le système de protection contre les inondations des régions basses de la vallée du Rio Grande au Texas, a déclaré le département de la sécurité intérieure. Le département a indiqué qu’il « réparerait rapidement » le système de protection contre les inondations sans continuer l’expansion du mur.

Des responsables du comté de Hidalgo, au Texas, ont exprimé leur inquiétude concernant les risques d’inondations pendant la saison des ouragans à partir de juin en raison de fissures dans un système de digues après que Joe Biden ait interrompu la construction du mur frontalier immédiatement après son entrée en fonction en janvier.

Le département a déclaré qu’il corrigerait également « le compactage inapproprié du sol et des matériaux de construction » le long d’une partie du mur de 22,4 kilomètres à San Diego et dévoilerait bientôt des plans pour remédier aux dommages supplémentaires causés par la construction du mur frontalier pendant la présidence de Donald Trump. Le mur de San Diego passe en grande partie dans des étendues non peuplées de zones réservées aux agents de la patrouille frontalière.

Joe Biden a ordonné l’arrêt de la construction du mur lors de son premier jour au bureau Ovale laissant des milliards de dollars de travaux inachevés - mais toujours sous contrat - après que Donald Trump ait consacré beaucoup d’énergie l’année dernière pour construire plus de 720 kilomètres de mur, un objectif qu’il a déclaré avoir atteint huit jours avant de quitter ses fonctions.

Joe Biden a donné à ses assistants jusqu’à la fin mars pour déterminer combien il en coûterait pour annuler les contrats et déterminer si l’argent pouvait être dépensé ailleurs. Les réponses ont commencé à émerger vendredi.

Le département de la Défense a déclaré dans un communiqué qu’il annulait les contrats et utilisera l’argent non engagé pour des projets de construction militaire. Le département examine vers quels projets cet argent sera redirigé.

En date du 15 janvier, le gouvernement avait dépensé 6,1 milliards de dollars des 10,8 milliards de dollars pour lequel il avait signé des contrats, selon un assistant démocrate du Sénat au courant du dossier et qui s’est exprimé sous couvert d’anonymat car les détails n’ont pas été rendus publics. Le montant total sous contrat aurait permis au mur de Donald Trump d’atteindre 1069 kilomètres.

Publiquement, l’administration Trump a déclaré avoir obtenu 15 milliards de dollars pour le mur. L’assistant du Sénat a déclaré qu’il s’agissait en fait de 16,45 milliards de dollars, dont 5,8 milliards de dollars ont été affectés par le Congrès et le reste a été détourné des départements de la Défense et du Trésor.

Le juge du comté de Hidalgo, Richard Cortez, a récemment déclaré à Border Report qu’il y avait au moins quatre brèches dans le système de digues protégeant la région de basse altitude du comté de Hidalgo contre les inondations en cas de tempête majeure.

La digue de terre a été construite en vertu d’une législation de 2006 qui vise à protéger la région du delta contre les inondations, mais elle a également servi de base au mur frontalier de Donald Trump. Richard Cortez a déclaré que les zones étaient devenues vulnérables lorsque Joe Biden a interrompu les travaux.

Les défenseurs de l’environnement ont salué l’annonce de vendredi.

« Ce sursis attendu depuis longtemps est un grand pas en avant vers la justice pour les personnes et la faune dans les régions frontalières », a déclaré Laiken Jordahl du Center for Biological Diversity. « Nous sommes reconnaissants que l’administration Biden ait mis fin à cette destruction insensée. »