(Washington) Joe Biden a salué mercredi l’« incroyable » réussite de son administration que constitue l’injection de 200 millions de doses de vaccins anti-COVID-19 aux États-Unis avant le centième jour de son mandat.

Agence France-Presse

« Aujourd’hui, nous l’avons fait, aujourd’hui nous avons atteint 200 millions d’injections » une semaine avant son centième jour à la tête des États-Unis, le 29 avril, s’est félicité le président américain lors d’un discours.

Vantant « un exploit incroyable pour la nation » américaine, il a estimé que l’objectif qu’il avait fixé n’avait « pas d’équivalent dans le monde ou dans les précédents efforts de vaccination de l’histoire américaine ».

Les États-Unis, pays déplorant le plus grand nombre de morts de la COVID-19, ont mené une campagne de vaccination efficace, devançant certains pays européens, et le Canada voisin.

Lors de son entrée en fonction le 20 janvier, Joe Biden s’était engagé à faire administrer 100 millions de doses de vaccin au cours de ses 100 premiers jours, un objectif que beaucoup de républicains avaient jugé volontairement facile à atteindre.

Le 25 mars, alors que le pays était largement en avance sur ses objectifs, le président avait doublé ce chiffre, le fixant à 200 millions.

Le démocrate a toutefois prévenu mercredi que les taux d’infection à la hausse dans certaines régions du pays montraient qu’il était trop tôt pour déclarer victoire.

« Si nous baissons notre garde maintenant, ce virus va ramener nos progrès à zéro », a-t-il dit.

Malgré la campagne de vaccination, le nombre de cas quotidiens reste élevé, à environ 63 000 nouvelles contaminations en moyenne sur les sept derniers jours. Certains États comme le Michigan sont particulièrement touchés.

Le nombre de décès reste toutefois en baisse au niveau national, grâce à l’immunisation des personnes âgées et l’amélioration des soins.

Tous les adultes américains sont éligibles à la vaccination depuis le 19 avril.