(New York) Des parlementaires de l’État de New York se sont entendus dans la nuit de samedi à dimanche avec le gouverneur sur un projet de loi permettant la légalisation de l’usage récréatif du cannabis, a annoncé le bureau du gouverneur dimanche.

Agence France-Presse

Avec une forte majorité démocrate au parlement de l’État, le projet de loi a de grandes chances d’être adopté, et New York devrait rejoindre 14 autres États américains ainsi que la capitale fédérale Washington, qui autorisent déjà l’usage récréatif du cannabis.

Selon le gouverneur Andrew Cuomo, la légalisation permettrait de générer annuellement 350 millions de dollars de taxes et créerait des dizaines de milliers d’emplois.

Le projet de loi autoriserait les adultes de 21 ans et plus à acheter du cannabis, et à en faire pousser des plants chez soi pour une consommation personnelle. Une partie des sommes récupérées grâce aux taxes seront réinvesties dans des initiatives pédagogiques et le traitement aux dépendances.

« Légaliser l’usage du cannabis chez les adultes n’est pas seulement une affaire de création d’un nouveau marché qui créera des emplois et bénéficiera à l’économie, c’est également une affaire de justice pour les personnes marginalisées depuis longtemps, et c’est s’assurer que ceux qui ont été injustement pénalisés par le passé, obtiennent désormais une chance de bénéficier (de la légalisation) », a déclaré Andrew Cuomo.

En cas d’adoption, la loi entrerait immédiatement en vigueur, mais les ventes pourraient ne débuter que dans deux ans, a affirmé un parlementaire vendredi, dans l’attente de la création de structures légales.

Les partisans de la nouvelle loi affirment que c’est un premier pas pour faire face aux décennies d’injustice qui ont frappé les personnes pauvres et issues de minorités, ciblées de manière disproportionnée par des décennies de législation fortement restrictive sur l’usage de drogues.

Une fois le texte entré en vigueur, New York purgera automatique les casiers judiciaires des personnes ayant été condamnées auparavant pour des infractions qui ne seraient plus illégales avec la nouvelle loi.

La nouvelle limite de possession personnelle serait fixée à un peu plus de 85 grammes.

Les parlementaires ont conclu l’accord au moment où Andrew Cuomo fait face à des accusations de harcèlement sexuel.

Huit femmes ont, depuis février, dénoncé des gestes et propos inappropriés du gouverneur, dont une ancienne employée qui l’a accusé d’avoir mis sa main sous son chemisier en 2020.

Dénonçant de « fausses » allégations, Andrew Cuomo, 63 ans dont dix à la tête de l’influent État de New York, refuse de céder aux appels à la démission venant d’élus républicains comme démocrates.

Outre les accusations de harcèlement, Andrew Cuomo est soupçonné d’avoir volontairement sous-estimé publiquement le nombre de décès du coronavirus dans les maisons de retraite de retraite de l’État, qui atteint plus de 13 000.

Une enquête fédérale est en cours pour faire la lumière sur ces accusations.