(Washington) La Chambre américaine des représentants, contrôlée par les démocrates, a approuvé jeudi un texte ouvrant la voie de la régularisation pour quelque 700 000 « Dreamers », arrivés lorsqu’ils étaient mineurs aux États-Unis, un projet de loi dont l’adoption reste très incertaine au Sénat.    

Agence France-Presse

Le président américain Joe Biden a salué dans la foulée une « étape cruciale dans la réforme de notre système migratoire ».

« Beaucoup (de ces Dreamers) ont travaillé sans relâche en première ligne dans la lutte contre la pandémie pour maintenir à flot notre pays, le nourrir et le soigner, pourtant ils doivent vivre dans la peur et l’incertitude en raison de leur statut migratoire », a souligné M. Biden dans un communiqué.  

« Il est plus que temps pour le Congrès d’ouvrir la voie vers la citoyenneté aux Dreamers », avait-il déjà tweeté avant le vote.  

À la chambre basse, le texte a été approuvé par 228 parlementaires, dont neuf républicains, tandis que 197 républicains ont voté contre.  

Les démocrates disposent également d’une majorité au Sénat, mais très courte qui ne leur permet pas d’adopter ce texte sans le soutien de dix républicains. Une perspective aujourd’hui hautement improbable, car beaucoup dans le parti jugent que de telles mesures encourageraient de nouvelles arrivées massives de migrants sans papiers.  

Sous le président démocrate Barack Obama, les États-Unis avaient mis en œuvre en 2012 le programme DACA, destiné à protéger de l’expulsion ces « Dreamers » (« rêveurs »), entrés clandestinement pendant leur enfance aux États-Unis, où ils vivent depuis.

Mais Donald Trump l’avait annulé dès 2017, ouvrant une période de grande incertitude pour ces jeunes adultes de moins de 30 ans. En juin 2020, la Cour suprême des États-Unis lui avait infligé un camouflet en validant ce programme.  

Le projet de loi démocrate ouvre la voie vers leur naturalisation, ainsi que celle des détenteurs d’un statut de protection temporaire (TPS), octroyé aux ressortissants de pays dangereux ou frappés par des catastrophes naturelles.  

« Ce sont nos professeurs, nos professionnels, nos PDG, nos entrepreneurs » et « nombre d’entre eux sont en première ligne de la pandémie », a affirmé dans l’hémicycle la présidente démocrate de la Chambre, Nancy Pelosi.  

Dans la foulée, la chambre a approuvé un texte visant à faciliter l’obtention d’un titre de séjour des employés agricoles immigrés, avec un soutien plus large : 247 voix en faveur et 174.  

Pour Liz Cheney, numéro trois des républicains à la Chambre, ces deux lois reviennent « à accorder une amnistie à des millions » de clandestins. « Nous devons nous concentrer sur le renforcement de la frontière et l’amélioration du système légal d’immigration ».  

Joe Biden a promis une vaste réforme migratoire, qui ouvrirait la voie de la naturalisation à quelque 11 millions d’immigrés en situation irrégulière. Ce projet n’a toutefois actuellement aucune chance d’être adopté au Sénat.  

S’ils promettent de continuer à travailler sur cette profonde réforme, les démocrates ont opté pour un premier vote sur ces deux lois plus ciblées.