(Washington) Les démocrates ont présenté mercredi au Sénat américain une loi qui renforcerait le droit de vote, notamment chez les minorités, en dénonçant une tentative des républicains de restreindre l’accès aux urnes après la défaite de Donald Trump à la présidentielle.

Agence France-Presse

Ce texte a déjà été approuvé à la Chambre des représentants, contrôlée par les démocrates.  

Projet de loi mort-né

Mais son adoption finale au Sénat semble très improbable puisqu’ils n’y disposent que d’une très courte majorité et ne comptent pas sur les dix voix de républicains nécessaires pour autoriser un vote final.

Néanmoins, le chef démocrate de la chambre haute Chuck Schumer a promis de soumettre le texte à un premier vote dans les prochaines semaines.  

Une façon pour lui de mettre les républicains au défi de voter publiquement contre une loi censée « renforcer la démocratie ».

Le Sénat entamera l’examen du texte en commission le 24 mars.  

Après l’élection présidentielle du 3 novembre remportée par Joe Biden, des dizaines d’États, avec des Assemblées contrôlées par les républicains, se sont emparés « du grand mensonge de l’ex-président » Donald Trump, qui n’a jamais concédé explicitement sa défaite, afin de justifier « plus de 250 lois qui cherchent à rendre l’accès au vote plus difficile », a accusé le sénateur démocrate mercredi.

Trump continue d’affirmer, sans preuve, que le scrutin a été entaché de fraudes.

C’est méprisable, c’est ignoble et dans bien des cas, raciste.

 Chuck Schumer, le chef démocrate du Sénat

Il soutient que les propositions de lois républicaines visent particulièrement l’accès au vote des minorités.

Le texte démocrate présenté mercredi au Sénat prévoit notamment l’enregistrement automatique des électeurs sur les listes et étend les heures d’accès aux urnes ainsi que la possibilité de voter par correspondance et par anticipation.  

Il cherche en outre à « renforcer la sécurité des élections » y compris face aux ingérences étrangères, en débloquant par exemple des aides fédérales pour que les États améliorent leurs équipements.  

Aucun républicain n’a soutenu le texte à la Chambre. Ils l’accusent de chercher à favoriser les victoires de candidats démocrates, et de donner trop de pouvoir à l’État fédéral.