(Washington) Les chefs du Pentagone ont condamné d’une même voix mardi la prise du Capitole le 6 janvier par des partisans de Donald Trump, qualifiant ce coup de force d’atteinte à la bonne marche de la démocratie.

Agence France-Presse

« Cette violente émeute a pris la forme d’un assaut direct contre le Congrès des États-Unis, contre l’édifice du Capitole et notre processus constitutionnel », a estimé, dans un courrier destiné aux troupes, le Comité des chefs d’état-major interarmées, qui regroupe les membres les plus gradés de chaque branche des forces armées américaines.

« Le droit aux libertés d’expression et de rassemblement n’autorise personne à recourir à la violence, à la sédition ou à l’insurrection », précise la lettre, signée notamment par le chef d’état-major américain, le général Mark Milley.

Le texte prend le soin de préciser que chaque soldat engagé sous le drapeau américain se doit de défendre la Constitution des États-Unis.

Les États-Unis et leur capitale fédérale, Washington, se préparent à introniser Joe Biden à la Maison-Blanche le 20 janvier, ce qui le verra devenir « commandant en chef » des armées.

Le rejet par Donald Trump, et nombre de ses partisans, de la victoire électorale du candidat démocrate alimente un climat de vive tension dans le pays et la cérémonie d’investiture de Joe Biden sera placée sous haute sécurité.  

L’armée prendra sa part dans cette vaste opération de sécurisation de Washington, avec le déploiement de milliers d’hommes de la Garde nationale, une force militaire de réserve.