(Washington) Les États-Unis ont déploré vendredi plus de 1800 décès supplémentaires du nouveau coronavirus en 24 heures, un bilan en légère baisse par rapport aux jours précédents, selon le comptage de l’université Johns Hopkins actualisé en continu.

Agence France-Presse

Avec ces 1883 décès enregistrés entre 20 h 30 locales vendredi et la veille, le bilan total de l’épidémie aux États-Unis est de plus de 64 700 victimes.  

C’est le plus lourd tribut payé par un pays en valeur absolue, même si proportionnellement à leur population, la Belgique, l’Espagne, l’Italie, le Royaume-Uni ou encore la France sont plus touchés.

Les États-Unis enregistrent également le plus grand nombre de personnes diagnostiquées malades de la COVID-19, avec plus de 1,1 million de cas officiellement recensés. Près de 165 000 personnes sont déclarées guéries.  

Depuis trois jours, les bilans américains sur 24 heures étaient repartis à la hausse, avec entre 2000 et 2500 morts quotidiens.  

Les bilans journaliers aux États-Unis ne sont pas passés en dessous de la barre des 1000 morts depuis un mois. Et depuis mi-avril, le pays est bloqué sur un « plateau » dont il peine à redescendre.

Les confinements à géométrie variable instaurés par les États américains, très différents des mesures plus dures mises en place en Chine, sont « une des raisons pour lesquelles ce plateau se prolonge », a estimé auprès de l’AFP William Hanage, professeur associé d’épidémiologie à la Harvard School of Public Health.

L’épicentre de l’épidémie américaine est situé à New York, qui continue à enregistrer près de 1000 nouvelles hospitalisations par jour dues au coronavirus, même si le nombre de morts quotidiens est en nette baisse.