(New York) L’État de New York a enregistré un nouveau record de décès du coronavirus, avec 779 morts en 24 heures, mais la progression de la pandémie se stabilise, a indiqué mercredi le gouverneur Andrew Cuomo.

Agence France-Presse

Les mesures de confinement et d’arrêt des activités non essentielles « marchent », a affirmé le gouverneur. « La courbe » de progression des nouvelles hospitalisations « s’aplatit », a-t-il expliqué lors de son point de presse quotidien.

Quelque 586 personnes ont été hospitalisées lors des dernières 24 heures, un nombre proche de celui enregistré lors de chacun des trois jours précédents, mais sensiblement inférieur à ce que l’État a connu entre le 25 mars et le 3 avril, avec plus de 1000 hospitalisations quotidiennes (sauf le 27 avril).

« Nous ne sommes absolument pas sortis d’affaire », a prévenu Andrew Cuomo, rappelant que le bilan pour l’État de New York atteint désormais 6268 décès des suites de la COVID-19.

Les 779 décès constatés sur les 24 dernières heures dépassent le record de 731 enregistrés sur la journée précédente.

Le maire de New York Bill de Blasio avait reconnu mardi que le bilan officiel était sans doute sensiblement inférieur au nombre réel de décès du coronavirus à New York.

De nombreux décès survenus au domicile de personnes présentant des symptômes de la maladie ne sont ainsi pas comptabilisés.

Le ralentissement du nombre d’hospitalisations « est directement lié à nos actions et notre comportement », a martelé le gouverneur. « Si nous arrêtons de faire ce que nous faisons, vous verrez cette courbe changer. »

« Personne ne dit que nous avons atteint un pic », a-t-il expliqué.

Plus de 400 000 personnes ont été déclarées positives aux États-Unis depuis que la pandémie a gagné le pays, causant la mort de plus de 13 000 personnes.

Près de 2000 personnes (1939) sont mortes du coronavirus aux États-Unis entre lundi et mardi, le pire bilan journalier pour un pays dans le monde depuis le début de la crise.

Le maire de New York Bill de Blasio a indiqué mercredi que le système de santé de la ville avait « pu un peu reprendre son souffle, pour la première fois » depuis l’aggravation de la crise quant à ses besoins en respirateurs artificiels, grâce au ralentissement des hospitalisations.

Mais à l’instar du gouverneur, il a mis en garde les New-Yorkais.

« Même si nous avons envie de sortir et de rencontrer des gens de nouveau, le moment n’est pas venu », a-t-il déclaré sur la chaîne d’information en continu CNN.