(Washington) Une professionnelle de santé vivant en Alaska a présenté une grave réaction allergique après avoir reçu une injection du vaccin Pfizer-BioNTech contre la COVID-19, au point d’être hospitalisée, a rapporté mercredi le New York Times.

Agence France-Presse

Cette agente de santé, dont l’identité n’a pas été précisée, ne possédait pas d’antécédent allergique connu, et se trouvait mercredi matin dans un état stationnaire, a ajouté le quotidien. La firme Pfizer a de son côté assuré travailler en coopération avec les autorités sanitaires locales sur ce cas.

Les autorités sanitaires britanniques avaient déconseillé le 9 décembre d’administrer le vaccin de Pfizer-BioNTech aux personnes ayant eu par le passé d’« importantes réactions allergiques », après deux cas de mauvaise réponse aux premières injections.

« Nous allons nous pencher de près sur toutes les informations évoquant des réactions allergiques graves et nous actualiserons si besoin la notice » (du vaccin), a affirmé un porte-parole de Pfizer.

Les autorités sanitaires américaines ont également déconseillé ce vaccin aux personnes susceptibles de développer une réaction allergique à l’un des composants entrant dans sa formule.

L’Agence américaine des médicaments (FDA) « est au courant d’informations sur une réaction anaphylactique chez une personne ayant reçu le vaccin contre la COVID-19. L’agence va continuer à travailler avec les CDC (Centres de prévention des maladies) et Pfizer pour mieux comprendre ce qu’il s’est passé », a tweeté l’agence mercredi soir.

Les États-Unis ont donné vendredi soir leur feu vert au vaccin de Pfizer-BioNTech, ouvrant la voie à une campagne massive de vaccination dans tout le pays qui a débuté lundi.  

Les États-Unis comptent vacciner trois millions de personnes cette semaine et espèrent en vacciner jusqu’à 20 millions si l’agence américaine des médicaments (FDA) donne également son autorisation en urgence au vaccin de Moderna d’ici la fin de semaine.