(Washington) Les États-Unis ont enregistré mardi un nouveau record de contaminations avec plus de 248 000 cas de COVID-19 recensés en 24 heures, selon les chiffres de l’Université Johns Hopkins, qui font référence.

Agence France-Presse

Dans le même temps, le pays, confronté à un rebond spectaculaire de l’épidémie depuis plus d’un mois, a déploré 2706 morts de la maladie, selon un relevé effectué chaque jour à 20 h 30 locales par l’AFP des chiffres de l’université, actualisés en continu.

Les records de contaminations se sont enchaînés depuis deux semaines dans le pays. La barre des 200 000 cas quotidiens a été dépassée sur 10 des 13 derniers jours.

Le nombre de personnes hospitalisées est aussi à un plus haut depuis le début de la pandémie, avec 113 000 patients occupant des lits pour cause de COVID-19, selon les données actualisées mardi du ministère américain de la Santé.

La situation est en train de s’améliorer dans le Midwest, où les nombres de nouveaux cas quotidiens et d’hospitalisations sont en baisse, mais l’épidémie s’accélère dans le Nord-Est et l’Ouest, note le Covid Tracking Project, qui suit quotidiennement les données dans tout le pays.

La Californie est notamment confrontée à une pénurie de lits en soins intensifs. Moins de 100 étaient encore libres mardi dans le comté de Los Angeles, qui compte dix millions d’habitants.

L’immense campagne de vaccination qui a été lancée lundi aux États-Unis, avec les premières injections du remède de Pfizer/BioNTech, ne permettra pas d’endiguer la poussée actuelle, ont prévenu les responsables sanitaires, car il faudra plusieurs mois avant qu’une partie suffisamment importante de la population soit immunisée.

Les experts insistent sur la nécessité de respecter les gestes barrière, notamment à l’approche des Fêtes de fin d’année.