(Washington) Joe Biden a défendu mercredi son choix du général afro-américain à la retraite Lloyd Austin comme prochain secrétaire à la Défense, face aux réticences de nombreux démocrates et experts soucieux de voir un contrôle civil plus étroit sur les militaires.

Agence France-Presse

Pour que la nomination de M. Austin, 67 ans, soit confirmée par le Sénat américain, les deux chambres du Congrès doivent en effet accorder une dispense à ce général de l’armée de Terre retraité depuis 2016, au titre d’une réglementation stipulant qu’un ancien militaire doit être à la retraite depuis plus de sept ans pour devenir secrétaire à la Défense.

Depuis l’adoption de cette règle en 1947, seules deux dispenses ont été approuvées : la première en 1950 pour George Marshall, qui venait de mettre en oeuvre son plan éponyme de reconstruction de l’Europe, et la deuxième pour Jim Mattis en 2016.

« Je ne demanderais pas une dispense aujourd’hui si je ne pensais pas que nous en avions besoin à ce moment de notre histoire et si je n’avais pas la confiance que j’ai en Lloyd Austin », a déclaré M. Biden en présentant à la presse son candidat au poste de secrétaire à la Défense.

« Je crois en l’importance du contrôle civil sur les militaires, et le secrétaire désigné aussi », a ajouté le président élu, prenant bien soin de ne pas l’appeler par son titre honorifique de « général Austin ».

« Donc, comme il l’a fait pour Jim Mattis, je demande au Congrès d’accorder une dispense » à Lloyd Austin, a conclu le démocrate.

Prenant la parole à son tour, M. Austin, qui s’il est confirmé deviendra le premier Afro-Américain à diriger le Pentagone, a assuré qu’il assumerait ses fonctions « en tant que civil, avec une expérience militaire, bien sûr, mais aussi avec une grande estime et un profond respect pour la conception dominante d’un contrôle civil sur notre armée ».

Plusieurs sénateurs démocrates ont déjà annoncé mardi qu’ils voteraient contre une dispense, notamment Richard Blumenthal, l’ancienne militaire Tammy Duckworth, ou encore Jon Tester.

« Choisir un autre général récemment retraité pour occuper des fonctions destinées à un civil, ça ne va pas », a tweeté l’élue démocrate Elissa Slotkin.

Pour sa part, M. Austin a assuré qu’il s’entourerait de « civils expérimentés et capables qui assureront des relations saines entre civils et militaires fondées sur un contrôle civil réel ».

M. Biden, a affirmé que la connaissance intime que M. Austin a du Pentagone le rend « uniquement qualifié pour les défis auxquels nous sommes aujourd’hui confrontés, les crises auxquelles nous faisons face ».

Le président désigné a raconté comment il avait apprécié coopérer avec le général lorsqu’il était vice-président et qu’il était chargé de superviser la mise en oeuvre du retrait de 50 000 soldats américains d’Irak décidée par Barack Obama.

M. Biden a aussi noté les liens personnels qui unifiaient son fils Beau, terrassé par un cancer en 2015 après avoir combattu en Irak sous les ordres du général Austin.