(Washington) La Cour suprême de l’État de Pennsylvanie a rejeté samedi une nouvelle plainte de la campagne de Donald Trump dénonçant des irrégularités lors du scrutin présidentiel, réduisant ainsi presque à néant la possibilité d’une modification des résultats.

Agence France-Presse

La plainte déposée par les républicains réclamait soit l’invalidation des votes par la poste, soit l’annulation de l’ensemble du vote pour laisser aux législateurs de l’État le choix de décider du vainqueur.

Le président désigné Joe Biden a remporté la victoire en Pennsylvanie avec une différence de 81 000 voix.  

La cour a rejeté ces deux demandes, qualifiant la deuxième de « surprenante » et estimant qu’elle visait à « déposséder de leurs votes les 6,9 millions de personnes ayant voté en Pennsylvanie ».

La plainte contestait aussi la loi adoptée en 2019 instaurant le vote par correspondance en Pennsylvanie, affirmant qu’elle était anticonstitutionnelle.

Dans leur verdict, les juges ont fait valoir que la contestation de cette loi intervenait trop tard, soit plus d’un an après son adoption, et à un moment où le résultat de l’élection « devenait selon toute apparence évident ».

La Pennsylvanie a certifié la victoire de Joe Biden le 24 novembre, mais cette dernière plainte visait également à contester cette décision.

Vendredi, une cour d’appel avait rejeté une autre plainte de la campagne Trump affirmant que l’élection n’avait pas été équitable, et a refusé de bloquer la certification de la victoire de Joe Biden toujours en Pennsylvanie.

La campagne de Donald Trump a essuyé une vingtaine de défaites judiciaires dans tout le pays.

Jeudi, le président sortant a dit qu’il quitterait « bien sûr » la Maison-Blanche si la victoire de Joe Biden à l’élection présidentielle était officiellement confirmée, tout en répétant qu’il pourrait ne pas reconnaître sa propre défaite.

Le président américain continue néanmoins de rejeter sans preuve la victoire de Joe Biden.