(New York) Des milliers de personnes réunies, sans masque, pour un mariage hassidique à Brooklyn : le maire de New York a indiqué mardi sanctionner de 15 000 dollars d’amende une synagogue accusée d’avoir foulé du pied les règles sanitaires, alors que la ville lutte contre un retour en force de l’épidémie.  

Agence France-Presse

Des images diffusées ce week-end par le New York Post montraient les participants chantant et dansant lors de ce mariage, qui remonte au 8 novembre. Mardi, le maire démocrate Bill de Blasio a confirmé que la ville imposerait une « très lourde amende » – 15 000 dollars – à la synagogue Yetev Lev du quartier de Williamsburg, ainsi qu’un avertissement de fermeture du bâtiment.

« Nous ne connaissons pas le nombre exact de personnes » présentes au mariage, mais « ce dont on est certain, c’est qu’il y avait trop de monde », a déclaré le maire lors d’un point-presse.  

« Il semble qu’il y ait eu un effort très délibéré de dissimuler l’évènement, ce qui rend les choses encore plus inacceptables », a-t-il ajouté.

« Il est inadmissible que des gens puissent organiser un aussi grand évènement alors que nous savons qu’ils favorisent la transmission » du virus, a indiqué de son côté le patron des services de santé new-yorkais.

Dimanche, le gouverneur de l’État de New York Andrew Cuomo avait aussi appelé à enquêter sur ce rassemblement organisé « au mépris flagrant » de la loi.

Les autorités ont cependant semblé vouloir éviter de pointer du doigt la communauté orthodoxe.  

La pandémie a alimenté de vives tensions entre la mairie démocrate et cette communauté, accusée de ne pas respecter les règles de distanciation sanitaire et qui compte de nombreux partisans de Donald Trump.

Les tensions avaient été fortes en octobre, alors que plusieurs quartiers de Brooklyn à forte population orthodoxe enregistraient une forte progression de l’épidémie.

Le gouverneur avait imposé des restrictions, incluant une limite de 10 personnes dans les lieux de culte et la fermeture des commerces non essentiels, suscitant des manifestations parfois violentes et des accusations d’antisémitisme de la part de la communauté.  

Depuis, les autorités ont multiplié les actions de prévention dans ces quartiers et les taux de positivité aux tests – en progression dans l’ensemble de la ville – semblent revenus globalement dans la moyenne.