(Washington) À tout juste 25 ans, le républicain Madison Cawthorn va devenir le plus jeune élu de l’histoire moderne du Congrès américain, après une campagne acrimonieuse et déjà des controverses.

Agence France-Presse

Selon des résultats quasi définitifs, le jeune homme l’a emporté mardi avec 54,5 % des voix dans la 11e circonscription de Caroline du Nord face au démocrate et militaire à la retraite Moe Davis, 62 ans.

Le néophyte conservateur, en fauteuil roulant depuis un accident qui l’a paralysé lorsqu’il avait 18 ans, doit donc devenir l’élu le plus jeune au Congrès depuis William C. C. Claiborne, élu à 22 ans (soit en deçà de l’âge minimum légal) en 1797, selon CNN.  

Il a aussi quatre ans de moins que la précédente détentrice du record : la démocrate très à gauche Alexandria Ocasio-Cortez, qui avait 29 ans au moment de son élection en 2018.

« Du fond du cœur, merci », a-t-il dit à ses partisans sur Twitter. « Gloire à Dieu et je suis enthousiaste à l’idée de servir chaque membre de cette circonscription », a ajouté ce pro-Trump qui a été invité à s’exprimer lors de la convention républicaine en août.

Madison Cawthorn, qui est proarmes et antiavortement, a mené une campagne agressive contre son opposant, le qualifiant de « suppôt de Washington » et l’accusant de « fouler aux pieds la liberté religieuse ».

Son adversaire n’a pas été en reste.  

Les électeurs « méritent mieux qu’un prédateur sexuel et un menteur avec zéro qualification », a-t-il tweeté. « Il n’y a pas de place au Congrès pour un dégénéré comme Madison Cawthorn ».

Moe Davis faisait entre autres allusion à des accusations de comportements déplacés avec des femmes, que Madison Cawthorn a démenties.

Une publication du jeune homme sur Instagram a aussi refait surface : une photo de son frère et lui au « Nid d’Aigle », une retraite d’Adolf Hitler en Allemagne.  

« La maison de vacances du Führer. Voir le Nid d’Aigle était sur ma liste depuis longtemps, je n’ai pas été déçu », a-t-il écrit pour accompagner ce souvenir.

Il s’est ensuite défendu, affirmant qu’en y allant il avait en tête « la joie » des soldats ayant défait le nazisme.

Enfin, au moment de sa victoire cette semaine, et bien qu’ayant juré d’essayer de mettre fin aux divisions, il s’est fait le plaisir de narguer l’autre camp.

« Pleurez encore, les gauchistes », a-t-il tweeté.