(Nations unies) Toutes les réunions physiques qui étaient prévues cette semaine au siège de l’ONU à New York ont été annulées après la découverte de cinq cas d’infections à la COVID-19 au sein de la mission diplomatique du Niger, ont annoncé mardi les Nations unies.

Agence France-Presse

« La recommandation du service médical a été d’annuler les réunions en personne mardi au siège de l’ONU, en attendant de retracer les contacts » qu’ont eus ces malades, avait d’emblée annoncé dans une lettre lundi soir aux 193 membres des Nations Unies le président de l’Assemblée générale, Volkan Bozkir.

Mardi après-midi, dans une nouvelle missive, Volkan Bozkir a indiqué que cette mesure était étendue jusqu’à la fin de la semaine sur recommandation du secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres.  

Il a demandé « que toutes les réunions physiques soient suspendues jusqu’à la fin de la semaine afin de mieux mesurer l’étendue de l’exposition (au virus) et d’achever une procédure de traçage complet » des personnes avec lesquelles les malades ont été en contact, a précisé le président de l’Assemblée générale.  

Le Niger est l’un des membres non-permanents du Conseil de sécurité. Une réunion physique de ce Conseil, présidé en octobre par la Russie, prévue mardi matin au siège de l’Organisation, a été transformée en visioconférence.

C’est la première fois que les Nations Unies ont recours à une telle mesure d’annulation depuis que l’Organisation a repris à l’été des réunions physiques à son siège de New York en alternance avec des réunions virtuelles qui restent majoritaires au quotidien.

Lundi, l’Assemblée générale de l’ONU avait tenu une journée de sommet marquant le 75e anniversaire de l’institution créée en 1945. Cette réunion s’est tenue principalement de manière virtuelle avec des vidéos pré-enregistrées de dirigeants du monde mais qui devaient être introduites oralement par un membre de chaque pays, présent physiquement dans la grande salle de l’Assemblée générale.

Au début de la journée, Volkan Bozkir et le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, avaient tous les deux prononcé un discours à la tribune de l’enceinte.