(Washington) Ils projetaient d’enlever la gouverneure du Michigan et de déclencher « une guerre civile » : l’arrestation de 13 hommes à quelques semaines de l’élection présidentielle américaine a mis en lumière l’existence des groupuscules armés d’extrême droite qui constituent selon la police fédérale la principale menace terroriste sous le mandat de Donald Trump.

Paul HANDLEY
Agence France-Presse

Une mouvance hétérogène

Les groupes armés, aux idéologies de droite et aux motivations variées font partie depuis longtemps du paysage américain.  

À l’arrivée au pouvoir de Donald Trump, ils sont sortis de l’anonymat en participant au rassemblement d’extrême droite de Charlottesville, en Virginie en 2017, aux manifestations contre les mesures de confinement pour lutter contre le coronavirus au printemps, ou lors des protestations contre les brutalités policières depuis cet été.

PHOTO EDU BAYER, ARCHIVES THE NEW YORK TIMES

Des suprémacistes blancs ont participé au rassemblement d’extrême droite de Charlottesville, en Virginie en 2017.

Les plus connus — Three Percenters, Oath Keepers, Proud Boys, Boogaloos Bois ou Patriot Prayer — ont en commun la défense du droit de posséder une arme à feu et l’hostilité au gouvernement, à l’autorité ou aux idées de gauche.  

Certains sont partisans de la suprématie blanche et ont des liens avec les mouvements néonazis, ou considèrent les forces de l’ordre comme des agents d’un gouvernement autoritaire, d’autres préparent une révolution nationale ou une guerre raciale.

Ils adhèrent parfois aux thèses du mouvement complotiste d’extrême droite QAnon, qui affirme que Donald Trump mène une guerre secrète contre une secte libérale mondiale composée de pédophiles satanistes.

Selon les spécialistes, ces milices comptent plusieurs milliers de partisans dans le pays, qui communiquent par messages cryptés sur les réseaux sociaux.

Projet d’enlèvement

La plupart des 13 hommes arrêtés jeudi dans le Michigan adhèrent à l’idéologie des « Boogaloo » et plusieurs d’entre eux étaient membres d’un groupe local baptisé « Wolverine Watchmen ».

Le mouvement Boogaloo, qui rassemble aussi bien des néonazis que des anarchistes d’extrême droite, veut renverser le gouvernement par une guerre civile. Ses sympathisants se reconnaissent aux chemises hawaïennes qu’ils portent sur une tenue militaire.

Plusieurs membres des Wolverine ont participé aux manifestations contre les restrictions dans le Michigan décrétées par la gouverneure Gretchen Whitmer, affirmant qu’elle violait leurs droits.

PHOTO NICOLE HESTER, AP

La gouverneure du Michigan, Gretchen Whitmer

Ils s’entraînaient régulièrement au maniement des armes « pour préparer le “boogaloo”, en référence à une insurrection violente contre le gouvernement ou une guerre civile politiquement motivée », selon la justice du Michigan.

« Menace terroriste »

Le FBI estime que les militants d’extrême droite, isolés ou au sein de groupuscules, sont depuis 2019 la principale menace de terrorisme domestique aux États-Unis. Ils sont accusés d’être responsables de plusieurs dizaines de morts ces trois dernières années, comparés à une poignée de victimes d’extrémistes islamistes.

Le directeur du FBI, Christopher Wray, a affirmé en septembre que les suprémacistes blancs étaient la principale menace extrémiste mais la plupart des violences mortelles ont été perpétrées par des militants antiautorité et antigouvernement, comme l’assassinat en mai de deux policiers californiens par un sympathisant des Boogaloo.

Menace sur l’élection

Ces groupuscules posent une menace potentielle sur le scrutin du 3 novembre. Donald Trump, qui dénonce régulièrement les risques de fraudes massives orchestrées par les démocrates, a appelé ses partisans à se rendre dans les bureaux de vote pour « protéger » les bulletins.

« J’appelle mes partisans à aller dans le bureau et regarder avec attention car c’est ce qu’il va se passer », a dit le président républicain pendant le débat avec son adversaire démocrate Joe Biden fin septembre.

Il avait alors aussi provoqué un tollé en appelant les Proud Boys à se « tenir prêts » au lieu de les condamner. « Nous sommes prêts », lui a répondu Joe Biggs, l’un des dirigeants de ce groupe habitué aux bagarres avec les militants de gauche.

Dans les États qui autorisent le port d’arme dans l’espace public, il est difficile d’empêcher les milices ou les militants armés de se rassembler devant des bureaux de vote, tant qu’ils ne profèrent pas de menaces directes.

Mais ils pourraient être un outil d’intimidation. Christopher Wray a affirmé récemment que le FBI s’inquiétait du risque d’affrontements violents entre les milices d’extrême droite et les militants se déclarant « antifascistes » avant l’élection.

« Nous avons désormais un combustible supplémentaire pour une éruption de violence », a-t-il dit.