(Washington) Le sénateur républicain Ted Cruz, ex-candidat à l’investiture républicaine, a averti vendredi que les élections présidentielle et parlementaires du 3 novembre aux États-Unis pourraient se transformer en « bain de sang » de proportion historique pour les républicains, si les électeurs souffraient encore du dur impact de la pandémie.

Agence France-Presse

« Je suis inquiet », a déclaré l’ancien rival de Donald Trump à la primaire républicaine en 2016, devenu aujourd’hui l’un de ses alliés, sur la chaîne CNBC. « C’est très volatile. »

« Je pense que s’il y a des résultats, si les gens retournent au travail, s’ils sont optimistes, s’ils sont positifs face à l’avenir, nous pourrions avoir une élection fantastique, le président réélu avec une grande marge d’avance, les républicains gagnant les deux chambres du Congrès, je pense que c’est une véritable possibilité », a-t-il expliqué.  

« Mais je pense aussi que si au jour de l’élection les gens sont en colère, et qu’ils ont abandonné l’espoir et qu’ils sont déprimés […], cela pourrait donner une élection terrible. Je pense que nous pourrions perdre la Maison-Blanche, et les deux chambres du Congrès, que cela pourrait être un bain de sang à l’échelle de celui du Watergate », a-t-il souligné.  

Les démocrates avaient en 1974 solidement conforté leurs majorités au Sénat et à la Chambre des représentants après le scandale qui avait contraint le président républicain Richard Nixon à la démission en août. Et en 1976, le démocrate Jimmy Carter avait battu son successeur, le républicain Gerald Ford.  

Les États-Unis sont le pays le plus endeuillé du monde par la pandémie de nouveau coronavirus, qui a fait plus de 210 000 morts et fait des millions de chômeurs.

La gestion de la crise par Donald Trump est largement critiquée dans les enquêtes d’opinion, même si son soutien chez les républicains reste très solide.  

Dans ce même entretien, Ted Cruz accuse les démocrates du Congrès de chercher à accentuer la colère et la détresse des Américains pour provoquer un tel raz-de-marée aux élections, tandis que les négociations pour un nouveau plan de relance patinent.

Donald Trump jouera dans 25 jours un nouveau mandat contre le démocrate Joe Biden, qui le devance dans les sondages.

Au Congrès, les 435 membres de la Chambre, aujourd’hui à majorité démocrate, et un tiers du Sénat (33 sièges), contrôlé par les républicains, seront également soumis au suffrage des électeurs.