(Washington) Le président américain Donald Trump, sorti lundi de l’hôpital où il avait été admis après avoir été déclaré positif à la COVID-19, s’est entretenu mercredi au téléphone avec le premier ministre britannique Boris Johnson, qui avait lui-même été en soins intensifs au printemps.

Agence France-Presse

« Très reconnaissant pour son amitié et son soutien alors que je me rétablissais du virus chinois », a écrit sur Twitter le milliardaire républicain, employant une formule qui agace la Chine.

« J’ai hâte de travailler avec lui pendant encore de nombreuses années, c’est un super gars », a-t-il ajouté, alors qu’il est désormais largement distancé dans les sondages sur la présidentielle du 3 novembre par son adversaire démocrate Joe Biden.

Boris Johnson, qui avait tardé à prendre des mesures drastiques au Royaume-Uni au début de la pandémie, avait finalement été contaminé par le nouveau coronavirus et avait dû passer trois nuits en soins intensifs en avril. Depuis, les interrogations sur les répercussions de la maladie sur sa santé sont récurrentes dans son pays, où il est aussi critiqué pour une gestion erratique de la crise sanitaire.

Donald Trump, qui n’a lui cessé de minimiser la pandémie et s’est longuement refusé à porter un masque en public, a été diagnostiqué positif à la COVID-19 la semaine dernière et a été hospitalisé de vendredi à lundi.  

Mercredi, il a retrouvé le bureau Ovale, malgré les risques de contagion, tentant de mettre en scène son retour au travail alors qu’il est confiné à la Maison-Blanche et privé de campagne de terrain à 27 jours du scrutin.