(Washington) La police fédérale américaine s’inquiète du risque d’affrontements violents entre des groupes extrémistes à l’approche des élections du 3 novembre, a déclaré jeudi son directeur, Christopher Wray.

Agence France-Presse

Le FBI surveille des groupes armés qui se sont défiés en marge de manifestations antiracistes à Portland, dans le nord-ouest des États-Unis, ou à Kenosha, près des Grands Lacs, a-t-il dit lors d’une audition au Congrès.

« Nous avons désormais un combustible supplémentaire pour une éruption de violence », a déclaré M. Wray devant des élus de la Chambre des représentants.

« On a des groupes aux vues opposées qui ajoutent à la volatilité et au danger de la situation », a-t-il ajouté. « On l’a constaté dans plusieurs villes. C’est une force démultiplicatrice, dans le mauvais sens du terme, et cela m’inquiète. »

Des milices d’extrême droite et des militants se déclarant « antifascistes » se sont greffés aux manifestants qui réclament des réformes de la police et la fin du racisme aux États-Unis. Leurs membres ont déjà plusieurs morts.

Un jeune de 17 ans, qui s’était joint à des milices armées prétendant défendre Kenosha des « émeutiers », a tué deux manifestants antiracistes à la fin août.

À Portland, un « antifasciste » revendiqué a abattu un sympathisant d’un groupe local d’extrême droite, avant d’être tué par la police lors de son interpellation.

Pour Christopher Wray, parmi les extrémistes violents, « les gens qui souscrivent à l’idéologie de la suprématie blanche sont certainement les plus nombreux » et ont fait davantage de victimes aux États-Unis que les djihadistes après les attentats du 11 septembre 2001.

Récemment, le FBI a également noté une hausse des attaques motivées par une hostilité au gouvernement, ou à toute forme d’autorité, à l’instar du mouvement Boogaloo, qui mise sur une seconde guerre civile, après la guerre de Sécessio, il y a un siècle et demi. Un de ses sympathisants a ainsi tué deux policiers en Californie en mai.