(Los Angeles) Donald Trump effectue lundi une visite éclair en Californie, l’un des États de la côte ouest ravagée par des incendies meurtriers, où il devrait tenir un discours opposé à celui de ses rivaux démocrates Joe Biden et Kamala Harris, qui cherchent à mobiliser sur la nécessité de combattre le changement climatique.

Laurent BANGUET avec Cyril JULIEN à Portland Agence France-Presse

Les dizaines de brasiers qui dévastent la côte depuis des jours ont déjà fait au moins 35 morts depuis le début de l’été, dont 27 rien que cette semaine dans les trois États de Washington, Oregon et de Californie.

Le président américain, en pleine campagne pour sa réélection, arrivera en milieu de matinée à Sacramento, la capitale de Californie, où il sera informé de la situation sur place, avant de participer à une cérémonie en l’honneur de la Garde nationale de l’État.

Mais il ne restera que quelques heures, avant de repartir pour une étape en Arizona, un des États clés qui pourrait faire basculer le scrutin du 3 novembre.

PHOTO ANDREW HARNIK, ASSOCIATED PRESS

Le président américain Donald Trump

Kamala Harris, colistière de son rival démocrate pour la présidence, se rendra aussi en Californie, lundi soir, pour évaluer les dégâts et rencontrer le lendemain les responsables des services d’urgence. Sénatrice de cet État, elle accuse Donald Trump de « nier l’évidence » selon laquelle les flammes sont « alimentées et intensifiées par la crise climatique ».

Le responsable républicain pointe lui une supposée mauvaise gestion des forêts dans ces États, contrôlés par ses adversaires démocrates.

PHOTO AGENCE FRANCE-PRESSE/NOAA

La fumée des incendies de forêt est visible de l’espace.

« C’est la gestion forestière qui est en cause », a-t-il lancé lors d’une réunion de campagne dans le Nevada samedi soir, sans jamais mentionner le changement climatique. « Rappelez-vous ces mots, gestion forestière ».  

« Faits indéniables »

L’ancien vice-président Joe Biden s’exprimera lui aussi lundi sur la question « de la menace posée par des évènements climatiques extrêmes pour les Américains » et « le besoin urgent de combattre la crise climatique », mais depuis chez lui dans le Delaware.  

Il avait attaqué frontalement son adversaire samedi : « Le président Trump peut chercher à nier la réalité, mais les faits sont indéniables », a-t-il déclaré.

PHOTO ADREES LATIF, REUTERS

L’Obenchain Fire à Eagle Point, Oregon a détruit maisons et véhicules.

Selon le consensus scientifique, l’ampleur de ces feux est bien liée au changement climatique, qui aggrave une sécheresse chronique et provoque des conditions météorologiques extrêmes.  

En Californie,  le bilan de la semaine est passé à 16 victimes, dont 14 dans le seul comté de Butte, encore traumatisé par le souvenir des incendies de novembre 2018 qui avaient réduit en cendres la ville de Paradise.  

Sept personnes étaient encore portées disparues, a indiqué le bureau du shérif local lors d’une conférence de presse dimanche soir.

Huit personnes avaient déjà trouvé la mort dans les feux en août dans l’État.

PHOTO MARIO ANZUONI, REUTERS

Le Dodger Stadium était enveloppé samedi d’un épais nuage de fumée.

Prise de conscience

Les fumées âcres dégagées par les flammes affectent des zones immenses. Les villes de Portland, Seattle et San Francisco figuraient parmi les plus polluées du monde lundi, selon le classement de la société IQAir.

Dix morts ont été recensés dans l’Oregon.

À Mehama, à l’est de la capitale de l’État, Salem, des barrages de police limitaient les accès aux villes de Mill City et Lyons, évacuées face à l’avancée du Beachie Creek fire. De longues files de voitures patientaient dans l’épais brouillard, beaucoup d’agriculteurs souhaitant retourner nourrir leurs bêtes.

PHOTO NIC COURY, ASSOCIATED PRESS

Le Dolan Fire fait rage dans le parc Limekiln à Big Sur, en Californie

« Nous sommes retournés à Mill City ce matin, mais la police nous avait conseillé de ne pas le faire, car c’est dangereux », a expliqué à l’AFP Elaina Early, une habitante de cette petite ville traversée par les flammes. « La maison est debout, mais nous repartons maintenant, car les conditions ne sont vraiment pas bonnes. »

Plus de 400 000 hectares sont partis en cendres dans l’Oregon, soit le double de ce qui y brûle normalement chaque année, a souligné la gouverneure Kate Brown sur CBS dimanche.  Environ 500 000 habitants sont soumis à un niveau plus ou moins élevé d’ordre d’évacuation, et 40 000 personnes ont effectivement quitté leur logement.

« Cela doit nous faire prendre conscience, à tous, que nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour lutter contre le changement climatique », a-t-elle déclaré.

Une autre victime, un bébé, a été déplorée dans l’État de Washington.

Les incendies ont d’ores et déjà consumé plus de deux millions d’hectares sur la côte ouest, alors que la saison des feux ne s’achève en théorie qu’en novembre.