(La Havane) La tempête tropicale Laura, qui devrait devenir un ouragan mardi, balayait Cuba lundi avec des vents de 95 km/h après avoir fait au moins 13 morts en Haïti et en République dominicaine et avant de viser le sud des États-Unis, tout comme Marco, rétrogradé d’ouragan à tempête.

Moises AVILA, avec Amélie BARON à Port-au-Prince
Agence France-Presse

Le fait que deux ouragans, ou phénomènes météorologiques proches se suivent d’aussi près dans le golfe du Mexique est extrêmement rare, selon les spécialistes.

Lundi, la tempête Laura se déplaçait d’est en ouest, le long de la côte sud de Cuba, provoquant de fortes pluies et des submersions côtières à certains endroits, sans toutefois occasionner de dommages importants.

« Elle n’a pas beaucoup varié dans son intensité, elle reste avec des vents d’environ 100 km/h, c’est une tempête tropicale, avec peu de changement dans son rythme et sa capacité de déplacement », a expliqué à la télévision cubaine le météorologue Elier Pila.

L’ouragan Marco s’est lui affaibli et a été rétrogradé comme tempête dimanche soir, produisant « de fortes pluies et des rafales de vent sur la côte nord du Golfe » du Mexique,  selon le Centre national des ouragans (NHC), basé à Miami.

PHOTO ERIKA SANTELICES, AGENCE FRANCE-PRESSE

Une rue inondée de Saint-Domingue après le passage de Laura

Il est attendu sur la côte sud-est de la Louisiane en fin de journée lundi où il devrait encore perdre en intensité, devenant une dépression tropicale mardi.

Laura, qui se déplace rapidement, à 31 km/h, devrait elle évoluer en ouragan mardi puis toucher elle aussi la Louisiane. Par précaution, 114 plateformes pétrolières du golfe du Mexique ont été évacuées.

160 000 évacués à Cuba

La tempête a atteint Cuba dans la nuit de dimanche à lundi, entrant par l’est de l’île avec des rafales atteignant les 146 km/h et des vagues de plus de 3 mètres sur la localité de Maisi, dans la province de Guantanamo, où l’électricité a été coupée par précaution.

Les vents ont provoqué des dégâts matériels, sur les toitures de zinc et quelques maisons, et la chute d’arbres, mais sans faire de victimes pour l’heure, selon la presse étatique.

Au moins 160 000 personnes ont été évacuées de manière préventive dans les provinces de Guantanamo, Santiago de Cuba, Granma et Camagüey, selon les autorités locales.

Laura devrait passer près de la capitale, La Havane, lundi après-midi, puis repartir vers la mer à l’aube mardi, éventuellement par Pinar del Rio (extrême ouest), en direction du nord-ouest.

PHOTO DIEU NALIO CHERY, ASSOCIATED PRESS

Des commerçants de rues traversent à Port-au-Prince

En Haïti, neuf personnes sont mortes lors du passage de Laura et deux sont portées disparues, selon le dernier bilan communiqué dimanche après-midi par le président.

« Onze de nos compatriotes, nos frères et sœurs qui étaient là hier, ne sont plus avec nous aujourd’hui », a déploré le chef de l’État Jovenel Moïse, en visite au centre d’opérations d’urgence national.

Quatre décès ont été recensés dans le département du sud-est, dont celui d’une fillette de 10 ans, tuée par la chute d’un arbre sur une habitation. Cinq personnes ont perdu la vie dans la capitale Port-au-Prince, où sont portés disparus une femme et son enfant.

Inondations en Haïti

Plusieurs rivières du pays sont en crue, provoquant d’importantes inondations et empêchant toute circulation sur certaines routes majeures du pays.

Les autorités poursuivent l’évacuation des habitants situés sur les rives du fleuve Artibonite, en aval du lac de barrage de Péligre, en crue à cause des averses torrentielles.  

À Pétionville, commune située dans l’aire métropolitaine de Port-au-Prince, les dégâts causés par les torrents d’eau marron dévalant des montagnes étaient considérables.

« Je ne savais pas qu’il y avait du mauvais temps de prévu. On n’a pas souvent d’électricité dans mon quartier donc je n’ai pas pu suivre les informations à la radio », témoigne Sony Joseph, tremblant de froid, qui passe d’ordinaire ses matinées à vendre des biscuits aux commerçantes du marché « Tet Dlo ».  

Si la virulence de la COVID-19 a été jusqu’ici relativement faible en Haïti, avec 8082 cas testés positifs et 196 décès officiellement attribués au virus, les autorités haïtiennes veulent prévenir une éventuelle propagation de l’épidémie en marge de catastrophes naturelles comme la tempête Laura.

« Protégez-vous, protégez les gens qui sont proches de vous », a rappelé Jovenel Moïse.

En Républicaine Dominicaine, quatre personnes ont trouvé la mort lors du passage de la tempête Laura qui a, là aussi, provoqué des inondations et privé d’électricité un million de personnes, selon les autorités.