(Washington) Un nombre record de femmes se présentent pour être élues à la Chambre des représentants en novembre, a annoncé vendredi le Centre pour les femmes américaines en politique (CAWP).  

Agence France-Presse

Déjà « 243 femmes ont décroché leur candidature pour un siège à la Chambre américaine » lors des élections parlementaires du 3 novembre, « un nouveau record », écrit le CAWP, qui dépend de l’université Rutgers et fait référence en la matière.  

« Le précédent record de 234 avait été atteint en 2018 », poursuit-il, en précisant que puisque des primaires doivent encore être organisées dans 13 États, le nombre actuel de candidates « devrait encore augmenter ».  

Fait marquant cette année, 74 femmes républicaines sont déjà candidates pour la Chambre en novembre, alors que leur précédent record, bien moindre avec 53 candidates, remontait à 2004.  

En face, 169 femmes démocrates sont déjà candidates, moins que leur record de 182 atteint en 2018, souligne le CAWP.  

Un nombre inédit de femmes et de parlementaires issus de minorités, élus lors des élections de mi-mandat en novembre 2018, étaient entrés au Congrès en janvier 2019.  

Une poussée survenue après une année marquée par le mouvement #metoo et la défiance envers le président Donald Trump.  

Près d’un quart des sièges du Congrès sont actuellement occupés par des femmes : 101 élues à la Chambre, dont 88 démocrates, et 26 sénatrices, dont 17 démocrates.  

La présidente démocrate de la Chambre Nancy Pelosi a repris, en janvier 2019, le marteau de « Speaker », qu’elle avait déjà tenu entre 2007 et 2011, lorsqu’elle était devenue la première femme de l’histoire américaine à accéder à ce poste crucial.

D’après le CAWP, plus d’un cinquième des élues du Congrès ont des enfants en bas âge ou à l’école.