(Washington) Un élu républicain réticent à porter un masque au Congrès américain a été testé positif à la COVID-19 mercredi alors qu’il s’apprêtait à partir au Texas avec le président Donald Trump.  

Agence France-Presse

Louie Gohmert a annoncé son diagnostic au lendemain d’une audition parlementaire du ministre de la Justice William Barr, qu’il a brièvement côtoyé dans les couloirs du Capitole à Washington alors qu’aucun des deux ne portait de masque.

La nouvelle a provoqué l’indignation chez les démocrates et poussé la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, à ordonner le port du masque dans l’hémicycle, sous peine d’en être expulsée.  

Se disant asymptomatique, l’élu de la Chambre, âgé de 66 ans, a ensuite suggéré que le port du masque lui-même, qu’il n’a adopté sporadiquement que ces dernières semaines, avait pu contribuer à sa contagion, tout en minimisant la gravité de son diagnostic.  

En dépit des recommandations aux Américains de ses propres experts santé, Donald Trump n’a pas voulu être vu en public portant un masque jusqu’au 11 juillet. Depuis, des parlementaires républicains qui y étaient opposés ont commencé à en porter plus régulièrement. Mais le sujet reste un marqueur politique entre républicains et démocrates.  

« Portez un satané masque »

Louie Gohmert devait accompagner Donald Trump pour une visite officielle au Texas mercredi et a donc été testé à ce titre à son arrivée à la Maison-Blanche.  

« Je n’ai aucun des symptômes qui sont listés en lien avec la COVID-19, mais apparemment j’ai le virus du Wuhan », a-t-il déclaré dans une vidéo, en employant une formule qui a déjà provoqué l’ire de la Chine.  

Louie Gohmert a souligné qu’il avait davantage porté de masque au cours de la « dernière semaine ou deux que ces quatre derniers mois », et notamment mardi lors de l’audition de William Barr au Congrès.  

Mais il a parfois baissé son foulard et n’en avait pas à l’arrivée du ministre, marchant à quelques pas derrière lui, selon la vidéo d’une journaliste sur place.  

« C’est intéressant, quand j’ai un masque, je le bouge pour que ce soit plus confortable et je ne peux pas m’empêcher de me demander si cela a mis des microbes sur le masque », a-t-il poursuivi. « Je vais faire très très attention à ne pas le passer à quelqu’un d’autre ».

« Portez un satané masque », a réagi une élue démocrate, Jennifer Wexton, en soulignant que ne pas le faire mettait « non seulement vos collègues en danger », mais aussi tous les employés de la colline du Capitole.  

Nancy Pelosi a ensuite annoncé que le port du masque serait désormais exigé dans l’hémicycle, sauf lorsqu’un élu aura la parole, « en signe de respect pour la santé, la sécurité et le bien-être » des autres. Elle a souligné qu’elle pourrait ordonner l’expulsion d’un élu refusant cette consigne.