(Los Angeles) Un tribunal de Los Angeles a ordonné aux services d’immigration américains de relâcher plus d’une centaine d’enfants de migrants détenus dans trois centres de rétention pour leur éviter d’attraper le coronavirus.

Agence France-Presse

Deux des trois centres ont des cas confirmés de virus, et pourraient devenir d’importants foyers de contamination.

Ces centres familiaux « sont en feu, et l’heure n’est plus aux demi-mesures », a écrit la juge du tribunal de district Dolly Gee dans sa décision rendue publique vendredi.

Les 124 enfants détenus dans ces centres doivent donc être soit rendus à leurs parents soit placés dans des familles d’accueil avec l’approbation des parents d’ici le 17 juillet, a-t-elle ordonné.

La politique de « tolérance zéro » envers l’immigration illégale lancée en 2018 par le président Donald Trump a vu des milliers d’enfants séparés de leurs parents à la frontière, une pratique apparemment destinée à dissuader les migrants potentiels, avant que le gouvernement ne fasse marche arrière.

Par ailleurs, la semaine dernière, la Cour suprême des États-Unis a rejeté la décision de Donald Trump visant à supprimer un programme protégeant les quelque 700 000 immigrants clandestins arrivés aux États-Unis enfants.

Actuellement, on compte en tout plus de 2500 cas de COVID-19 dans l’ensemble des centres de rétention des services d’immigration, a indiqué vendredi la chaîne de télévision CNN.