(Washington) La sénatrice américaine Amy Klobuchar a affirmé jeudi qu’elle n’envisageait plus une candidature pour devenir vice-présidente, et estimé que ce rôle devait revenir à une femme noire.

Agence France-Presse

L’ancienne candidate à la primaire démocrate a affirmé que ce serait une manière d’entendre les manifestants antiracistes qui ont défilé après la mort de George Floyd lors d’une interpellation à Minneapolis, dans son État du Minnesota.

« Après ce que j’ai vu dans mon État, ce que j’ai vu dans tout le pays, c’est un moment historique, et l’Amérique doit saisir cette occasion », a-t-elle dit à MSNBC.

« Je pense que c’est le moment de mettre le nom d’une femme de couleur sur ce bulletin de vote », a-t-elle ajouté, à propos de la candidature à la présidentielle de Joe Biden.

Cette centriste de 60 ans a expliqué avoir plaidé en ce sens en appelant M. Biden.

Celui-ci, sur Twitter, a salué sa « combativité et sa détermination ».

Le rival de Donald Trump à cette élection, âgé de 77 ans, a indiqué qu’il choisirait une femme. Mme Klobuchar, centriste comme lui, et pouvant l’aider à gagner des voix dans le Midwest, faisait partie des noms revenant régulièrement.

Les médias envisagent maintenant ceux de la sénatrice Kamala Harris, elle aussi battue aux primaires, la représentante Val Demings, et l’ancienne conseillère du président Barack Obama Susan Rice.