(Washington) Les États-Unis ont enregistré 839 morts supplémentaires liées au coronavirus dans les dernières 24 heures, portant à 114 613 le nombre de décès dus à la COVID-19 dans le pays, selon le comptage vendredi de l’université Johns Hopkins, qui fait référence.

Agence France-Presse

La première puissance économique mondiale est, en valeur absolue, de loin le pays le plus touché par la pandémie, tant en nombre de décès que de cas diagnostiqués (2 044 572). Ce dernier nombre est probablement bien inférieur à la réalité, en raison de la difficulté d’accès aux tests rencontrée lors du début de l’épidémie.

Depuis la fin du mois de mai, le nombre de décès quotidiens dépasse très rarement les 1000. Celui des nouvelles contaminations oscille autour des 20 000 en moyenne.  

Aux États-Unis, la première vague n’est pas encore complètement passée et l’épidémie s’est déplacée de New York et du Nord-Est du pays vers une large bande recouvrant le Sud et l’Ouest, faisant désormais se tourner les regards vers les hôpitaux d’États comme l’Arizona, le Texas ou la Floride.

Dans plusieurs États, le nombre d’infections est au plus haut depuis le début de la pandémie.

« Quand on commence à voir plus d’hospitalisations, c’est un signe infaillible que l’on fait fausse route », a expliqué sur CNN le très respecté immunologiste Anthony Fauci, conseiller de la Maison-Blanche.

Alors que le pays a atteint 100 000 morts officiels de la COVID-19 le 28 mai, il en atteindra probablement 130 000 d’ici la fête nationale du 4 juillet, selon une moyenne de multiples modèles épidémiologiques.