(Washington) Le département américain de la Défense a annoncé mercredi l’ouverture d’une enquête après le survol à basse altitude d’un hélicoptère médical au-dessus d’un groupe de manifestants à Washington lundi soir, une manœuvre de dispersion jugée dangereuse par les autorités locales.

Agence France-Presse

L’appareil d’évacuation médical est resté stationnaire pendant de longues minutes juste au-dessus des manifestants, qui violaient pacifiquement le couvre-feu, dans un vacarme assourdissant alors que la force des palles coupait des branches d’arbres et dispersait d’autres débris sur le sol.

La scène au lieu près du centre-ville de Washington, dans le quartier de Chinatown.

La manœuvre a fait polémique, car elle est généralement utilisée sur des théâtres de combats pour disperser une foule menaçante, et, car elle a impliqué un appareil arborant une croix rouge, un signe de neutralité en temps de guerre.

PHOTO ROBERTO SCHMIDT, AGENCE FRANCE-PRESSE

Le secrétaire à la Défense, Mark Esper, a indiqué qu’il avait ordonné l’ouverture d’une enquête sur l’hélicoptère opéré par la Garde nationale de Washington, qui est sous la juridiction du Pentagone.

Selon M. Esper, l’appareil n’était pas en mission médicale et la manœuvre semblait être « dangereuse ».

« Nous avons des informations contradictoires et nous devons laisser l’armée enquêter pour déterminer les faits », a-t-il dit à la presse.

Le général William Walker, chef de la Garde nationale de la capitale, a également annoncé l’ouverture d’une enquête.

« C’était une tactique de dispersion potentiellement très dangereuse dont le but était d’intimider les habitants de Washington », a dénoncé mercredi la mairesse de la capitale fédérale Muriel Bowser. Cette manœuvre était « tout à fait inappropriée dans un environnement urbain », a-t-elle ajouté.