(New York) Ahmaud Arbery, George Floyd… et Breonna Taylor. Un nombre croissant d’Afro-Américains, ces jours-ci, ne prononcent plus ces deux premiers noms sans mentionner le troisième. Et ils voudraient que tous leurs compatriotes les imitent.

Richard Hétu Richard Hétu
Collaboration spéciale

Ahmaud Arbery est ce jeune Noir de 25 ans pourchassé par des Blancs et abattu alors qu’il joggeait en Géorgie. George Floyd est cet homme noir de 46 ans étouffé par un policier blanc de Minneapolis lors d’une arrestation qui a révulsé le monde.

Et Breonna Taylor ? Le 13 mars dernier, cette ambulancière paramédicale de 26 ans a été abattue par des policiers de Louisville, au Kentucky, alors qu’elle dormait chez elle.

PHOTO AGENCE FRANCE-PRESSE, FOURNIE PAR LA FAMILLE DE BREONNA TAYLOR

Le 13 mars dernier, Breonna Taylor, une ambulancière paramédicale de 26 ans, a été abattue par des policiers de Louisville, au Kentucky, alors qu’elle dormait chez elle.

L’avocat de sa famille, Ben Crump, est l’un de ces Afro-Américains qui insistent pour ajouter son nom à ceux de Trayvon Martin, de Michael Brown, d’Eric Garner et de tous les autres Noirs qui ont été tués par des policiers ou des citoyens au cours des dernières années alors qu’ils n’étaient pas armés.

Le nom de Breonna devrait être connu de tous les Américains qui ont prononcé ces autres noms, car elle était dans sa propre maison, ne faisant absolument rien de mal.

Ben Crump, avocat de la famille de Breonna Taylor, au site d’information 19th

Jeudi soir, pendant que Minneapolis brûlait pour la troisième nuit d’affilée, des centaines de manifestants ont envahi le centre-ville de Louisville pour réclamer l’arrestation et l’inculpation des policiers impliqués dans la mort de Breonna Taylor. Sept personnes ont été atteintes par balle au cours de la soirée. Selon la police, le ou les tireurs se trouvaient parmi la foule des manifestants.

Au moins huit balles

Mais que s’est-il passé, le 13 mars dernier ? La mort de Breonna Taylor, contrairement à celles d’Ahmaud Arbery et de George Floyd, n’a pas été filmée. D’où la controverse irrésolue l’entourant.

Un fait est indéniable, cependant : vers 1 h du matin, trois policiers en civil ont exécuté un mandat de perquisition à l’adresse de la jeune femme. Son ancien ami de cœur, un revendeur de drogue recherché par la police, avait utilisé récemment cette même adresse pour réceptionner un colis.

Kenneth Walker, fiancé de Breonna Taylor, s’est emparé de son arme à feu, acquise en toute légalité, lorsque les policiers sont entrés dans l’appartement après avoir défoncé la porte d’entrée. Il a tiré un coup de feu, touchant l’un des policiers à la cuisse.

Les policiers ont répliqué en tirant au moins 20 coups de feu en direction du couple. Breonna Taylor a été atteinte d’au moins huit balles.

Après avoir survécu miraculeusement à la fusillade, Kenneth Walker a été arrêté et accusé de tentative de meurtre.

Le deuxième amendement ne s’applique pas pour les Afro-Américains. [Breonna Taylor et Kenneth Walker] pensaient être victimes de cambriolage.

Ben Crump, lors d’une entrevue sur CBS

Des voisins ont renforcé cette thèse en affirmant que les policiers ne s’étaient pas identifiés et n’avaient pas cogné à la porte avant de la défoncer, contrairement à leur version des faits.

Dans une poursuite contre le service de police de Louisville, la famille de Breonna Taylor a ajouté deux autres faits incontestables : les policiers n’ont pas trouvé de drogue dans l’appartement de la jeune femme et le revendeur de drogue recherché avait en fait déjà été arrêté au moment où le mandat de perquisition a été exécuté.

L’appel 911

Ça commençait à bien faire. Aussi, le 22 mai dernier, les procureurs du Kentucky ont-ils signalé leur intention d’abandonner l’accusation de tentative de meurtre retenue contre Kenneth Walker, dont le casier judiciaire était aussi vierge que celui de Breonna Taylor. Au même moment, le FBI a ouvert une enquête sur les circonstances entourant la mort de Breonna Taylor.

Mais les trois policiers de Louisville impliqués dans cette affaire n’ont pas encore été limogés et encore moins inculpés, au grand dam des manifestants de Louisville.

« Pas de justice, pas de paix », ont-ils scandé jeudi au centre-ville de la capitale du Kentucky, où une statue de Louis XVI léguée par la ville française de Montpellier dans les années 60 a été endommagée au cours de la soirée (le roi martyr a été amputé d’une main).

PHOTO ASSOCIATED PRESS

Des manifestants ont pris d’assaut le centre-ville de Louisville, jeudi soir, où une statue de Louis XVI (à gauche sur la photo) – léguée par la ville française de Montpellier dans les années 60 – a été endommagée au cours de la soirée.

Quelques heures plus tôt, l’avocat de Kenneth Walker avait rendu public l’appel 911 que son client avait fait après la fusillade qui a emporté sa fiancée.

« Je ne sais pas ce qui se passe ! », s’exclame Walker au début de l’appel. « Quelqu’un a défoncé la porte et a abattu ma fiancée ! »

« Oh mon Dieu ! », répète-t-il.

« L’appel semble donner raison à Kenneth Walker et confirmer ce qu’il dit depuis le début », a déclaré Sam Aguiar, l’un des avocats de la famille de Breonna Taylor. « Il ne se doutait aucunement que la police était dans la maison. Sa préoccupation première était l’amour de sa vie. »

Et cette femme noire avait un nom : Breonna Taylor.