(Washington) Quatre grands États américains ont confirmé vendredi la tenue des primaires démocrates la semaine prochaine, malgré la décision inédite de la Louisiane de reporter de deux mois son scrutin, prévu en avril, à cause de la pandémie de coronavirus.

Agence France-Presse

Désormais grand favori, l’ancien vice-président Joe Biden est en lice contre le sénateur indépendant Bernie Sanders pour décrocher l’investiture démocrate et défier le milliardaire républicain Donald Trump en novembre.

Les autorités de Louisiane ont annoncé vendredi qu’elles repoussaient au 20 juin les primaires démocrates et républicaines prévues le 4 avril, une première dans la campagne pour l’élection présidentielle de novembre.

Cette décision a été critiquée par certains démocrates, dénonçant un risque pour la démocratie, et a semé le doute sur les scrutins prévus mardi dans quatre autres États également touchés par le coronavirus : Arizona, Floride, Illinois, Ohio.

Dans un communiqué commun, les responsables de l’organisation des scrutins dans ces quatre États ont donc rapidement réagi, en réaffirmant qu’ils maintenaient les primaires.  

« Sur la base des meilleures informations venant des autorités sanitaires, nous sommes convaincus que les électeurs de nos États peuvent voter en sécurité », ont-ils écrit.  

Les « électeurs en bonne santé peuvent et doivent absolument remplir leur devoir patriote mardi », ont-ils ajouté, précisant que des consignes étaient distribuées pour « désinfecter au mieux » les bureaux de vote.  

« S’il vous plaît, allez voter »

Le secrétaire d’État de la Louisiane, Kyle Ardoin, a décrété vendredi l’état d’urgence pour cet État où 33 cas ont été détectés, et a annoncé le report des primaires républicaines et démocrates.  

PHOTO D’ARCHIVES MELINDA DESLATTE, AP

Le responsable de l’organisation des élections en Louisiane, Kyle Ardoin, un élu républicain de Bâton Rouge.

Les enjeux sont bien plus grands pour les démocrates, Donald Trump étant assuré d’être le candidat du parti républicain le 3 novembre.

L’équipe de campagne de Joe Biden a réagi en exhortant les électeurs en bonne santé à se rendre aux urnes.

« Voter est au cœur même de notre démocratie », a écrit sa porte-parole, Kate Bedingfield.  

« Si les électeurs se sentent en bonne santé, ne montrent pas de symptômes et ne pensent pas avoir été exposés à la COVID-19, s’il vous plaît, allez voter mardi », a-t-elle ajouté, en conseillant aux électeurs affectés ou dans les populations à risque à voter par procuration ou courrier.   

Bernie Sanders s’en est de son côté remis aux autorités sanitaires.  

« Les élections sont le socle de notre démocratie », a-t-il déclaré lors d’une allocution sur le coronavirus depuis sa ville de Burlington, dans le Vermont.

Mais « quelles que soient nos opinions politiques, qui voudrait voir des gens contaminés parce qu’ils vont voter ? », a-t-il ajouté, en disant espérer que les « autorités des différents États » américains consulteraient « leurs autorités sanitaires et médecins avant de prendre une telle décision ».

Les États-Unis recensaient vendredi autour de 1700 cas d’infections au nouveau coronavirus, et 41 personnes en sont mortes, selon les données des Centres de contrôle des maladies (CDC).

La pandémie a forcé l’annulation de réunions de campagne cette semaine et un débat démocrate entre Joe Biden et Bernie Sanders se tiendra dimanche sans public.  

« Le coronavirus a de façon évidente perturbé notre capacité à communiquer de façon traditionnelle avec les gens et cela nous fait du mal », a reconnu Bernie Sanders.