(Washington) Deux avions militaires russes ont été escortés lundi à distance de l’Alaska par des chasseurs canadiens et américains, qui les ont suivis jusqu’à ce qu’ils sortent de la zone d’identification de la défense aérienne, a indiqué mardi la sécurité aérienne des États-Unis et du Canada (Norad).

Agence France-Presse

Deux avions de reconnaissance maritime Tu-142 « ont pénétré dans la zone au nord de l’Alaska et y sont restés pendant à peu près quatre heures », a indiqué le Norad dans un communiqué. Ce genre d’incident est relativement rare, le dernier ayant été signalé en août dernier.

PHOTO NORAD, VIA AP

Un F-22 américain escortant un avion de reconnaissance maritime russe Tu-142, hier, au large des côtes de l'Alaska, au dessus de la mer de Beaufort. Des CF-18 canadiens américains ont également participé à l'interception.

Des chasseurs canadiens CF-18 et des chasseurs américains F-22, appuyés par des ravitailleurs KC-135 et un avion de surveillance AWACS, les ont escortés « pendant toute la durée de leur présence dans la zone », a ajouté le commandement américano-canadien.

PHOTO NORAD, VIA AP

Un F-22 américain escortant un avion de reconnaissance maritime russe Tu-142, hier, au large des côtes de l'Alaska, au dessus de la mer de Beaufort. Des CF-18 canadiens américains ont également participé à l'interception.

Les appareils russes se sont approchés à 50 milles nautiques (90 km) de la côte de l’Alaska mais ils sont restés tout le temps dans l’espace aérien international.

La zone d’identification de la défense aérienne est un périmètre dans lequel le trafic aérien est surveillé par l’armée d’un ou plusieurs pays, au-delà de son espace aérien national, pour disposer d’un temps de réaction supplémentaire en cas de manœuvre hostile.

PHOTO WIKIPÉDIA

Le Tupolev 142M est propulsé par quatre turbopropulseurs munis d'énormes hélices contrarotatives.

Les États-Unis en ont établi quatre, mais une dizaine d’autres pays ont également créé les leurs.

Celle de l’Alaska s’étend jusqu’à environ 320 km des côtes.