(Washington) Malgré leurs dissensions sur la procédure de destitution de Donald Trump, les élus se sont accordés au Congrès sur un budget militaire en hausse et la création d’une force de l’Espace chère au président américain.

Agence France-Presse

Si ce projet de loi est adopté tel quel, ce qui est probable car il a déjà reçu l’assentiment des élus démocrates et républicains des commissions des Forces armées des deux chambres, les dépenses militaires passeront à 738 milliards de dollars pour l’année fiscale 2020, entamée début octobre, contre 716 milliards en 2019.

Ce chiffre couvre le budget de base du Pentagone (635 milliards) et les dépenses consacrées par le département de l’Énergie à l’entretien et l’alimentation en combustible de l’arsenal nucléaire américain (23,1 milliards).

S’y ajoutent 71,5 milliards de dollars pour les opérations extérieures en cours (Afghanistan, Syrie, Irak, Somalie, etc.).

Une enveloppe de fonds dits «d’urgence» contient en outre 5,3 milliards, prévus notamment pour les travaux de reconstruction des bases militaires ravagées par les ouragans Florence et Michael en 2018, en Floride et en Caroline du Nord.

AFP

Une maison endommagée par Michael en octobre 2018, en Floride.

C’est beaucoup moins que les 9,2 milliards de dollars demandés par l’exécutif, qui souhaitait consacrer une part de cette enveloppe au mur que Donald Trump veut construire à la frontière avec le Mexique pour lutter contre l’immigration clandestine.

Les documents du Congrès montrent que les élus ne sont parvenus à s’accorder sur le financement du mur, ce qui laisse augurer de nouvelles batailles budgétaires.

La loi de financement crée en outre, comme le souhaitait le président américain, une «force de l’Espace» qui devient la sixième branche des forces armées américaines, après l’armée de Terre, l’US Air Force, l’US Navy, le corps des Marines et les garde-côtes.

Elle sera dirigée par un Chef des opérations spatiales, qui sera placé sous l’autorité du secrétaire à l’US Air Force. Aucun financement supplémentaire ne lui est accordé pour le moment, le «Commandement de l’Espace» voulu par Donald Trump étant encore au stade de projet.

Le budget prévoit aussi une hausse de 3,1% des salaires des membres des forces armées, leur plus forte progression depuis une décennie.

Les élus ont glissé dans la loi de financement militaire plusieurs articles destinés à contrôler l’usage des fonds du Pentagone. Ils lui interdisent notamment de réduire les effectifs des forces américaines déployées en Corée du Sud, de livrer des avions furtifs F-35 à la Turquie, et d’acheter des wagons ou des bus à la Chine.