(Montgomery) Le conseiller à la Maison-Blanche Stephen Miller a envoyé des courriels qui faisaient la promotion de « littérature nationaliste blanche et de propagande raciste » au site Breitbart News, associé à la « droite alternative », aussi appelée « Alt-right », a annoncé mardi le Southern Poverty Law Center, un observatoire des groupes extrémistes.

Associated Press

Le site du Southern Poverty Law Center a publié mardi des extraits de courriels que Stephen Miller a envoyés aux rédacteurs en chef de Breitbart en 2015 et 2016. La majorité des courriels ont été transmis à l’époque où M. Miller travaillait pour Jeff Sessions, qui était alors sénateur républicain, donc avant que M. Miller joigne la campagne électorale de Donald Trump.

L’observatoire des groupes extrémistes a déclaré avoir examiné environ 900 échanges de courriels dans lesquels Stephen Miller propose souvent des sujets de reportages potentiels reliés à l’immigration. Les courriels ont été fournis par l’ancienne rédactrice en chef de Breitbart, Katie McHugh, qui a été licenciée en 2017.

Dans un extrait qui a été publié, Stephen Miller suggère à la rédaction de Breitbart un roman bien connu dans les milieux de l’extrême droite, « Le Camp des saints », alors que la discussion porte sur la position du pape concernant l’immigration.

« Vous voyez le pape qui dit que l’ouest doit supprimer les frontières. Quelqu’un devrait montrer qu’il y a des parallèles à faire avec Le Camp des saints ».

Le roman « Le Camp des Saints » porte sur des migrants violents qui envahissent la France.

Un autre courriel semble montrer que Stephen Miler discutait de reportages potentiels avec la rédaction de Breitbart après que le détaillant Amazon eut commencé à parler de cesser de vendre des drapeaux confédérés dans la foulée de la fusillade qui avait coûté la vie à neuf Afro-Américains dans une église de Caroline du Sud. Le tireur Dylann Roof, qui se décrivait comme un nationaliste blanc, s’était pris en photo avec le drapeau confédéré.

« Avez-vous pensé à aller sur Amazon pour tenter de trouver des drapeaux et ensuite faire une histoire à ce sujet ? », a écrit Stephen Miller, selon les courriels publiés.

Alors qu’il répondait à une question sur le fait de savoir si un ouragan provoquerait une migration en provenance du Mexique, Stephen Miller a écrit que ce serait « 100 % » le cas et que les migrants bénéficieraient d’un statut de protection temporaire. « Cela doit être la grosse histoire du week-end », a écrit M. Miller.

Dans la même conversation, il a ensuite envoyé un lien de VDARE, un site Internet anti-immigration qui a publié des œuvres de nationalistes blancs. L’article portait sur des cas dans lesquels les États-Unis avaient offert à des réfugiés des statuts de protection temporaire, a précisé le Southern Poverty Law Center.

Le fondateur de VDARE, Peter Brimelow, a nié que son site Internet était un site nationaliste blanc, mais il a reconnu qu’il publiait des œuvres d’auteurs correspondant à cette description « dans le sens où ils visent à défendre les intérêts des Blancs américains ».

« Les Américains devraient être terrifiés par la manière désinvolte dont Stephen Miller, qui a une énorme influence à la Maison-Blanche, partage du contenu raciste et parle le langage des nationalistes blancs dans des courriels à des personnes qu’il considérait apparemment comme des compagnons », a estimé Michael Edison Hayden du réseau Hatewatch dans un communiqué de presse.

Hatewatch a soutenu qu’il était impossible de trouver des extraits où Stephen Miller « écrit avec sympathie ou même de manière neutre sur une personne non blanche ou née à l’étranger ».

Par le biais de Stephanie Grisham, une attachée de presse à la Maison-Blanche, l’administration Trump a déclaré qu’elle n’avait pas vu le rapport et a qualifié le Southern Poverty Law Center « d’organisation de diffamation d’extrême gauche ».

« Ils calomnient et diffament les conservateurs pour gagner leur vie », a écrit Mme Grisham.

Stephen Miller travaillait pour Jeff Sessions, qui était un sénateur influent sur les enjeux reliés à l’immigration avant que M. Sessions devienne le premier procureur général de Donald Trump.

Stephen Miller est aujourd’hui un influent conseiller politique de Donald Trump.