(Washington) Donald Trump et les républicains tentaient mercredi de minimiser des revers électoraux locaux, particulièrement embarrassants à un an de la présidentielle pour le milliardaire, qui s’était personnellement impliqué dans la campagne en appelant à barrer la route aux démocrates «radicaux».

Elodie CUZIN
Agence France-Presse

Dans un pays très divisé, ces scrutins étaient attendus comme un test révélateur de la popularité de Donald Trump, quatrième président seulement de l’histoire américaine menacé par une procédure de destitution, à cause de l’affaire ukrainienne.  

Ironisant sur la frénésie médiatique, le milliardaire républicain avait eu ces mots prémonitoires lundi soir, en appelant ses partisans dans l’État conservateur du Kentucky à aller voter : «Parce que si on perd, cela envoie un très mauvais message […] Vous ne pouvez pas laisser ça m’arriver».  

AFP

Donald Trump a prononcé cet avertissement lors d'un rallye de soutien au gouverneur Matt Bevin, mardi à Lexington, au Kentucky.

Vingt-quatre heures plus tard, c’est le candidat démocrate qui a arraché la victoire au gouverneur sortant républicain.

La différence de voix est mince et le républicain Matt Bevin n’avait pas admis sa défaite mercredi, demandant à ce que les urnes électroniques et votes par procuration soient vérifiés.

Mais même de peu et face à ce gouverneur très impopulaire, la victoire du démocrate Andy Beshear, dans cet État que Donald Trump avait remporté avec une écrasante avance de 30 points sur sa rivale démocrate Hillary Clinton en 2016, était très remarquée.

Le locataire de la Maison-Blanche a réagi en soulignant les autres victoires républicaines locales dans le Kentucky, tout en sous-entendant que M. Bevin avait «gagné au moins 15 points» grâce à son soutien.  

«Mais peut-être pas assez (Les médias bidons feront toujours retomber la faute sur Trump!)», a-t-il tweeté.  

«Victoire historique»

Les démocrates ont, en même temps, repris pour la première fois en plus de 25 ans le contrôle des deux chambres de l’Assemblée de Virginie.  

Tenant déjà le poste de gouverneur, ils s’emparent ainsi de tous les grands leviers du pouvoir, après une campagne marquée notamment par le débat sur les armes à feu dans cet État frappé par une tuerie en mai.  

«Cette victoire historique devrait faire trembler Donald Trump et tous les républicains», a réagi le président du parti démocrate Tom Perez.

Dans un courriel aux sympathisants démocrates, il tentait d’utiliser ces résultats «incroyables» pour lever des fonds, avec une mise en garde : «Il sera plus dur de battre Trump et ses alliés en 2020».  

«L’année prochaine, nous allons finir le boulot», a tweeté le sénateur indépendant Bernie Sanders, candidat à la présidentielle. «Nous débarrasserons la Maison-Blanche» de Donald Trump «et de tout ce qu’il représente».  

Les régions péri-urbaines en jeu

Dans le Mississippi, le candidat républicain Tate Reeves a lui été élu au poste de gouverneur après une course qui semblait exceptionnellement serrée.  

Donald Trump était allé le soutenir dans cet État conservateur qu’il avait remporté avec 18 points d’avance en 2016.  

«Notre rallye vendredi soir a fait évoluer les chiffres depuis un score à égalité jusqu’à une grosse VICTOIRE», s’est réjoui le président américain.  

Le président n’avait pas fait campagne en Virginie, État voisin de Washington qu’il avait perdu de cinq points lors de la présidentielle. Mais dans le Mississippi comme au Kentucky, il s’était employé à galvaniser sa base.  

REUTERS

Le démocrate Andy Beshear célèbre sa victoire comme nouveau gouverneur du Kentucky.

Appelant à «envoyer un message aux démocrates radicaux», il avait affirmé que l’enquête en vue de le destituer avait créé «une majorité en colère».  

En Virginie et dans le Kentucky, le basculement était perçu comme un signe inquiétant pour le milliardaire, notamment chez les électeurs des régions péri-urbaines plutôt aisées.

«Les résultats ont donné de nouvelles preuves d’une division qui se creuse entre les régions rurales et urbaines», estiment les analystes du site spécialisé FiveThirtyEight, Nathaniel Rakich et Geoffrey Skelley.  

Les «succès des démocrates mardi (et nous incluons leur défaite de peu dans le Mississippi parmi ces “succès”) reposent sur leurs performances remarquablement solides dans les régions péri-urbaines», poursuivent-ils sur leur blogue.  

Donald Trump se rendait mercredi soir en Louisiane pour soutenir le candidat républicain au poste de gouverneur, face au démocrate qui briguera un second mandat le 16 novembre dans cet État du sud des États-Unis.