(Philadelphie) Un homme armé, qui a blessé par balles des agents de la paix, a tenu les policiers en haleine pendant plusieurs heures mercredi, en se barricadant à l’intérieur d’une maison.

Associated Press

Six agents ont été blessés, mais jeudi matin, ils avaient déjà obtenu leur congé de l’hôpital.

Le commissaire de la police de Philadelphie, Richard Ross, qui a passé plusieurs heures à négocier au téléphone avec le tireur, a déclaré que la situation aurait pu très mal tourner.

AP

Richard Ross a tenu une conférence à l'hôtel de ville de Philadelphie jeudi.

«C’était une situation très dynamique, une situation que, je l’espère, nous ne reverrons plus jamais», a-t-il déclaré jeudi devant le département de police de Philadelphie.

Le tireur a finalement quitté la maison jeudi matin après que la police ait dispersé du gaz lacrymogène dans le bâtiment. Il a été emmené à l’hôpital pour y être évalué, puis placé en détention.

Un représentant de la loi a identifié le suspect comme étant Maurice Hill. Il a déclaré que l’homme de 36 ans avait un casier judiciaire et qu’il avait déjà fait face à des accusations relativement aux armes à feu. Le représentant de la loi n’était pas autorisé à discuter de l’affaire publiquement, et a parlé sous couvert d’anonymat.

Les premiers coups de feu ont été tirés vers 16h30, lorsque des agents se sont rendus dans une résidence du quartier Nicetown, dans le nord de la ville.

Le commissaire Richard Ross a expliqué que les policiers étaient déjà entrés dans la résidence, munis d’un mandat, lorsque la fusillade a éclaté. Ils ont échangé des coups de feu avec le tireur et certains ont dû fuir par les fenêtres du logement.

AP

Des images transmises en direct à la télé montraient une présence policière massive dans le quartier.

Deux policiers ont été piégés dans la maison pendant environ cinq heures après le début de la fusillade, mais ils ont été libérés par une escouade tactique d’intervention pendant la nuit.

Le commissaire Richard Ross a déclaré qu’il avait pris la décision de négocier avec le tireur parce qu’il était «tellement inquiet» de voir ses officiers coincés à l’intérieur.

Trois individus que les policiers avaient arrêtés dans la maison avant le début de l’échange de tirs ont également été évacués en toute sécurité, a indiqué la police.

La police a tenté par tous les moyens de convaincre l’homme armé de se rendre. À un certain moment, les policiers ont mis le tireur en contact avec son avocat pour tenter de le persuader de se rendre.

Des images transmises en direct par des stations de télévision montraient une présence policière massive dans le quartier, avec des dizaines de véhicules et d’agents.

L’organisme fédéral chargé de la mise en application de la loi sur les armes, les explosifs, le tabac et l’alcool et de la lutte contre leur trafic aux États-Unis (ATF) dit avoir dépêché de nombreux agents sur les lieux.