Source ID:9afe447e25bf3e40a2fb57d5fec6bace; App Source:StoryBuilder

La procureure générale de New York enquête sur Trump

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
MICHAEL R. SISAK
Associated Press
New York

La procureure générale de New York a ouvert une enquête au civil sur les relations commerciales du président Donald Trump, après que son ancien avocat personnel eut déclaré au Congrès qu'il avait exagéré l'ampleur de sa richesse pour obtenir des prêts.

La procureure générale Letitia James a remis lundi des assignations à comparaître à la Deutsche Bank et à l'Investors Bank, à la recherche de documents relatifs à quatre projets immobiliers de M. Trump et à son offre infructueuse, en 2014, d'acheter les Bills de Buffalo, de la Ligue nationale de football.

La personne n'était pas autorisée à discuter de l'affaire publiquement et a parlé sous couvert de l'anonymat. Le New York Times a d'abord fait état des assignations à comparaître.

L'ancien avocat de M. Trump Michael Cohen a déclaré au Congrès fin février que M. Trump avait exagéré sa fortune dans les états financiers fournis à la Deutsche Bank lorsqu'il tentait d'obtenir un financement pour acheter les Bills de Buffalo. Il a dit à un comité de la Chambre qu'il était au courant que M. Trump surestimait son patrimoine financier lorsqu'il traitait avec les médias ou les banques, mais le minimisait quand venait le temps de payer ses impôts.

Il a été impossible d'obtenir les réactions des banques et de l'organisation Trump mardi.

Les assignations à comparaître émises par la procureure générale concernent des demandes de prêt, ainsi que des emprunts hypothécaires, des lignes de crédit et d'autres documents liés au Trump International Hotel de Washington, à des immeubles de Chicago et de New York et à un terrain de golf de la région de Miami.

Mme James, une démocrate nouvellement élue, s'est engagée à examiner les pratiques commerciales de M. Trump, affirmant après sa victoire en novembre dernier qu'elle « éclairerait tous les aspects sombres de ses transactions immobilières et de toutes ses transactions ».

M. Trump s'est plaint que Mme James mène contre lui une « vendetta politique ». Son bureau supervise également une action en justice contre une fondation de bienfaisance de M. Trump. Les prédécesseurs de Mme James ont poursuivi M. Trump en justice concernant les activités à l'université Trump, son « école immobilière ».

Auparavant, une autre agence de l'État de New York, qui réglemente les sociétés d'assurance, avait ouvert une enquête sur les allégations de M. Cohen selon lesquelles M. Trump aurait également induit les compagnies d'assurance en erreur quant à sa valeur financière.

M. Trump a déclaré que Me Cohen mentait pour tenter de se soustraire à une peine de prison pour évasion fiscale, violations du financement de campagne, fausses déclarations aux banques et mensonge au Congrès.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer